Open d'Australie (Q) - Open d'Australie : entre la fumée et les gouttes

L'Equipe.fr
L’Equipe

Après une première journée de qualifications marquée par la polémique, ce mercredi fut très light, avec à peine quatre heures de jeu et un violent orage tombé sur Melbourne en fin d'après-midi. Au final, un seul Français, Quentin Halys s'est extirpé de cette petite journée. La deuxième journée des qualifications de l'Open d'Australie n'aura pas eu la même intensité dramatique que celle de la veille. Après une ouverture ubuesque et des matches joués de bout en bout dans un air ultra-pollué et dangereux mardi, ce mercredi fut une toute petite journée, avec seize rencontres terminées seulement. Et pourtant, on était reparti sur des bases similaires, avec une qualité de l'air encore très mauvaise au matin, obligeant la direction du tournoi a différé, prestement et de trois heures cette fois, le début des matches, dont le lancement fut donc reprogrammé à 13 heures. Un climat malsain autour des qualificationsUne joueuse abandonne à cause de la qualité de l'air Une décision « plus sage » que le simple et incompréhensible report d'une heure mardi, alors que Melbourne baignait dans une épaisse et nauséabonde fumée... à moins que le boss du tournoi, Craig Tiley, et son staff n'aient anticipé le violent orage qui mouilla Melbourne vers 17 h 15 mercredi, l'incitant alors à faire jouer le plus de rencontres possible mardi, pour éviter tout retard dans le timing, quitte à flirter avec le péril et la santé des joueurs. Mais quelle qu'en fut la raison en tout cas, la gestion de cette situation fut un fiasco. Mercredi, on a donc peu joué, dans une atmosphère un chouïa meilleure mais encore malsaine. Si les mauvais indices de la qualité de l'air ont décru tout au long de la journée, le vent balayant le ciel que la pluie, en fin de journée, a encore participé à nettoyer, on était encore en situation de pollution extrême sur la plupart des indicateurs de mesure à 18 h 45 heure locale (8 h 45, heure française). Entre 13 heures et 16 h 45, un seul Français a gagné son billet pour le deuxième tour des qualifications, en l'occurrence Quentin Halys, sorti vainqueur de son duel avec le local, Akira Santillan (6-3, 7-6 [4]). Au moment de l'interruption, le Français Elliot Benchetrit accusait un break de retard face au Belge Steve Darcis (2-4) et la Française Chloé Paquet comptait un set de retard (2-6). Mais le véritable piment du jour fut la fin de match bouillante entre le Sud-Coréen sourd, Duchkee Lee, et l'Italien Alessandro Giannessi (2-6, 7-5, 7-6 [7]). À l'agonie physiquement, Lee, mené 4-0 dans le super tie-break du troisième set, faisait appel au soigneur, au grand dam de son adversaire, estimant que Lee souffrait de crampes et ne pouvait donc pas recourir au temps mort médical. Il lui fut cependant accordé. De retour en jeu, le Sud-Coréen terminait le super jeu décisif sur un 9-1 pour l'emporter 10-7 ! Fou de rage, l'Italien ne lui serra même pas la main à l'issue du match.

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

À lire aussi