Open d'Australie - Ugo Humbert (battu par Nick Kyrgios) : « Je suis touché »

L'Equipe.fr
·3 min de lecture

Même s'il reconnaissait avoir vécu « un sacré moment », Ugo Humbert était déçu par son fond de jeu après sa défaite face à Nick Kyrgios, contre qui il a pourtant obtenu deux balles de match. « Comment ressort-on d'un tel match ?
Je crois que ça se voit. Je suis touché, oui. Je suis déçu. C'était un beau combat. Bravo à lui, il mérite la victoire un peu plus que moi. Ma première impression, c'est que j'ai réussi à bien tenir avec mon service. Mais du fond, j'ai eu du mal à proposer du jeu, à faire ce que j'avais prévu de faire en étant agressif. J'ai beaucoup raté. Le jeu n'était pas encore là. Je n'arrivais pas à trouver mon rythme, à traverser mes coups. Il y a trop de fois où je prenais la balle tard. Il n'y a pas un moment du match où je me suis senti complètement libéré. Sur ma première balle de match, mon passing prend la bande. Quelques centimètres au-dessus et il est parfait. Sur la deuxième, je fais le chip, je monte là où il faut... Après lui a mieux retourné, il a été plus solide du fond. Et moi j'ai eu du mal à bouger. « Je ne suis pas loin de battre les très bons joueurs. » C'est l'une des premières fois que vous jouez dans ce genre d'ambiance...
Elle était géniale, parfois très bruyante. Ça faisait un peu bizarre. Il y a des moments où j'ai lutté pour garder ma concentration, pour ne pas m'énerver, pour ne pas sortir du match. J'ai plutôt bien réussi à rester calme. Dès que je ratais une première balle, les gens étaient contents. Ça n'a pas toujours été facile. Mais ça fait partie du jeu. lire aussi Humbert s'incline contre Kyrgios après avoir obtenu deux balles de match Qu'est-ce qui vous manque pour la dernière marche ?
Contre Raonic (à Bercy où il perd en ayant aussi deux balles de match), j'avais eu le sentiment d'avoir eu plus de facilité à me concentrer sur ce que j'avais à faire. Je ne suis pas si loin. J'ai gagné des matches au couteau, comme contre Tsitsipas (à Bercy). Je ne suis pas loin de battre les très bons joueurs. Pour être régulier, il faut que je progresse encore. Après, contre les excellents, il y a encore beaucoup de travail. Kyrgios, c'est un sacré loustic quand même...
Il faut s'attendre à tout. Il aime faire le show. Pendant le match, je me suis régalé. C'était cool. J'ai vécu un sacré moment quand même. Mais il a fini par plus me faire bouger et j'ai eu du mal à suivre. Il a créé plus de jeu que moi. Il y a beaucoup de leçons à tirer de ce genre de match. J'adore ça. C'est pour vivre des émotions pareilles que j'aime autant le tennis. Même si j'ai du mal à être positif là tout de suite... » lire aussi Le tableau de l'Open d'Australie