Oriane Bertone, la confirmation d'une jeune pépite de l'escalade

À Munich, Oriane Bertone a signé son premier podium dans un grand Championnat. (Expa)

À 17 ans seulement, la Réunionnaise Oriane Bertone s'est offert la médaille de bronze en bloc, dimanche, aux Championnats d'Europe. Sa première médaille internationale en seniors, quelques semaines après « un mini burn-out ».

Elle possède le profil idéal pour Paris 2024 : polyvalente, talentueuse, avec cette fraîcheur de la jeunesse. Du haut de ses 17 ans, Oriane Bertone est apparue ambitieuse mais détendue, jouant avec malice dans les blocs, comme elle aime. Catapultée grand espoir de la discipline pour les prochains JO, la pépite bleue n'a pas flanché sous les attentes pour ses premiers Championnats d'Europe, dans une Königsplatz bondée et son public de 5 000 personnes fin connaisseur de la grimpe, face aux monumentales portes de la ville et leur architecture au style inspiré de la Grèce antique. Au terme d'un gros combat sur le mur, elle s'est offert le bronze dans une finale dominée sans surprise par la championne olympique slovène Janja Garnbret.

Très attendue sur le circuit senior

Connue dans le milieu avant même ses débuts en compétition pour ses réalisations en extérieur (elle est devenue à 12 ans la plus jeune à réussir un bloc extrême coté 8b +), Bertone a ensuite décroché deux titres mondiaux chez les jeunes. Forcément, le circuit senior l'attendait fermement. Pas facile à gérer. Elle est bien montée à trois reprises sur un podium en Coupe du monde mais manque de régularité. Alors cette année, en pleine saison, le contrecoup fut violent.

Oriane Bertone

« J'ai fait une espèce de mini burn-out sur les deux dernières compétitions, je souffrais, j'avais du mal à trouver ma place »

« J'ai fait une espèce de mini burn-out sur les deux dernières compétitions, je souffrais, j'avais du mal à trouver ma place, précise Bertone. Je ne comprenais plus pourquoi j'étais là. Dans les blocs, on sait clairement qu'on va se faire mal. Et là, je n'avais plus envie. Se faire mal pour se faire mal, à quoi bon ? Je n'avais plus envie d'être là, de grimper. » L'option choisie, une semaine de repos, s'est révélée régénératrice. « J'ai surtout eu le temps de réfléchir à pourquoi est-ce que je fais de l'escalade. Je me suis rappelé que c'est pour moi, car j'aime ça depuis toujours. »

Objectif Paris 2024

Afin d'assouvir ses rêves de podiums, la Réunionnaise a quitté l'île où elle a grandi en décembre 2020 pour s'entraîner au pôle France de Fontainebleau, près de Paris. Un choix payant pour l'instant. « Oriane s'entraîne depuis deux ans avec un rythme très soutenu, ajoute Nicolas Januel, coach des Bleus. Venir à Fontainebleau a beaucoup changé son rythme de vie. Il a fallu digérer tout ça, la pression aussi. Elle est dans un âge où il faut s'approprier ce projet-là. »

Pour ne pas se cramer et arriver prête au bon moment, comme cette semaine à Munich, son principal objectif de la saison. « Ce genre de grands moments va l'aider pour la suite, c'est sûr. Les gens mettent beaucoup de pression sur elle, ça se voit, confirme Garnbret, double championne d'Europe, qui a signé sa première victoire internationale à 16 ans. Et elle apprend toujours. Mais elle a beaucoup de potentiel et peut vraiment faire de grandes choses à l'avenir. »

lire aussi

L'actualité de l'escalade