Outre le 110 m haies de Devon Allen, les autres temps forts du meeting d'Oslo

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Sam Kendricks à la perche, Mélina Robert-Michon au disque ou encore Jakob Ingebrigtsen au mile viendront chercher un peu plus que des sensations pour la soirée de Ligue de diamant, jeudi, au meeting d'Oslo (à suivre sur L'Équipe Live).

Perche homme : où en est Sam Kendricks ?

Il faut plonger au 29e rang des bilans 2022 pour y trouver la trace du double champion du monde Sam Kendricks, qui a sauté à 5,65 m début avril dans le Mississippi (L'État, pas le fleuve). C'est même sa seule sortie de la saison jusqu'à présent.

« J'ai énormément roulé ma bosse ces dernières années, avec plus de 120 meetings ou compétitions, donc j'ai voulu souffler un peu, assure-t-il. Mais je vous rassure, je me sens plus fort et rapide que jamais, et j'ai un titre mondial à défendre, en plus dans mon pays ! »

Celui qui avait été privé des JO de Tokyo après avoir été positif au Covid quelques heures avant la compétition sera notamment opposé à Mondo Duplantis, meilleur performeur mondial de l'année avec 6,01 m franchis le 6 juin à Hengelo, mais aussi Renaud Lavillenie, qui s'est rassuré en passant 5,81 m le 5 juin à Chorzow. Son frère Valentin, également présent jeudi soir au Bislett Stadion, cherchera lui à réussir les minima pour les Mondiaux d'Eugene (5,80 m).

lire aussi

Devon Allen, la grosse sensation du 110 m haies

Disque femmes : Mélina Robert-Michon, minima en tête

Le plateau femmes d'Oslo manque de têtes d'affiche, mais pas sur l'épreuve de disque. La championne olympique américaine et meilleure performeuse mondiale de l'année (71,46 m), Valarie Allman, sera ainsi présente et largement favorite, devant la Croate Sandra Perkovic, titrée lors des deux JO précédents mais qui peine à contester le leadership de sa rivale depuis plusieurs mois.

Pour Mélina Robert-Michon, le rendez-vous norvégien aura un objectif plus modeste : réussir les minima pour les Mondiaux, fixés par la FFA à 63,50 m. Jusqu'à présent cette saison, la vice-championne olympique de Rio n'a pas fait mieux que 62,61 m (le 29 mai à Vénissieux) et reste sur un jet à 61,21 m le 2 juin à Montreuil. À Oslo ou samedi à Charléty, il lui faudra donc faire bien mieux pour avoir l'esprit plus tranquille.

Mile hommes : Jakob Ingebrigtsen, local héros

Comme le champion olympique et recordman du monde du 400 m haies Karsten Warholm est absent sur blessure (contracture voire déchirure aux ischio-jambiers), le Bislett Stadion à guichets fermés (15 400 spectateurs) se réjouira encore plus que d'habitude de la présence de l'autre star norvégienne, Jakob Ingebrigtsen. Le jeune champion olympique (21 ans) et recordman du monde en salle du 1 500 m tentera lors de la dernière épreuve de la soirée d'améliorer sa meilleure performance sur le mile (3'47''24 l'an passé à Eugene peu après les JO de Tokyo).

Jusqu'où peut descendre le chrono ? Le record du monde d'Hicham El Guerrouj (3'43''13 en 1999) de cette distance mythique semble encore très loin. Mais la machine de Sandnes a déjà brûlé tant d'étapes. « Ce n'est pas vraiment un objectif en tout cas à court terme, note le Norvégien. Je dois gagner quelques secondes, et déjà penser au record d'Europe (propriété de Steve Cram, 3'46''32 en 1985), on verra ensuite ! »

lire aussi

Toute l'actu de l'athlé

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles