Pékin 2022 : l'ultime défi olympique de Gus Kenworthy, légende du ski freestyle

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·2 min de lecture
Kelsey Brunner/AP/SIPA
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Gus Kenworthy participera à Pékin à ses derniers Jeux Olympiques d’hiver. Après avoir été médaillé sous les couleurs américaines, c’est cette fois-ci le drapeau britannique qu’il représentera, au terme d’une carrière riche en émotions qui a fait de lui une légende du ski freestyle.

Un dernier tour d’honneur sous un drapeau différent. Le skieur freestyle Gus Kenworthy participera à Pékin à ses ultimes Jeux Olympiques d’hiver. Après avoir fait toute sa carrière avec les couleurs américaines, remportant en 2014 à Sotchi la médaille d’argent en slopestyle, le jeune homme de 30 ans représentera cette fois-ci la Grande-Bretagne. «Je sais avec certitude que mes derniers JO seront en 2022 et j’ai décidé que je voulais le faire pour ma mère», a expliqué en 2019 à la BBC celui qui est né à Chelmsford, au Royaume-Uni, et bénéficie de la double nationalité. Le champion du monde de halfpipe en 2020 rêve de remporter le plus beau des métaux à Pékin, avant de faire ses adieux à la piste. «J’ai toujours su que je voulais finir ma carrière quand j’étais au sommet, ou proche du sommet, ou en tout cas en me sentant très bien. Je ne voulais pas courir derrière des résultats, en essayant de m’accrocher à ma carrière alors que ça aurait fait oublier tous mes succès du passé», a-t-il récemment confié dans une interview au site Newschoolers.com , ajoutant vouloir que sa relation avec le ski reste «saine».

Mais le dernier défi de Gus Kenworthy ne sera pas chose facile. Cette année, l’athlète – devenu également acteur - n’a pu participer qu’à une seule compétition, ses tous derniers X Games, il y a quelques jours. Les mois qui ont précédé ce retour ont en effet été compliqués pour le champion. En octobre dernier, il a souffert d’une grave commotion cérébrale lors d'un camp d'entraînement en Suisse. Deux semaines plus tard, il a été testé positif au covid-19 et est resté 10 jours en quarantaine à l’hôtel. «Malheureusement, dans les semaines qui ont suivi, j'ai eu des problèmes persistants avec ma tête. Chaque fois que(...)


Lire la suite sur Paris Match

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles