Pérez : "Avec un tour de plus, ces pneus auraient explosé"

Basile Davoine
·2 min de lecture

Longtemps deuxième derrière a une conviction : il n'aurait pas supporté une boucle de plus.

"Je l'ai dit à mon équipe par radio, je pense qu'avec un tour de plus, ces pneus auraient explosé", assure Pérez. "Les vibrations étaient extrêmement mauvaises vers la fin. Mais je crois aussi que c'est ce qui a permis de faire cette course, en prenant soin d'eux alors que les conditions commençaient à devenir plus sèches. L'équipe a fait un travail fantastique sur le plan stratégique pour lire la course. Lewis était extrêmement fort aujourd'hui, et à la fin nous étions morts, mais nous avons réussi à obtenir un bon résultat."

Lire aussi :

Vettel pense que la victoire était jouable en pneus slicks

En début de course, Pérez a également dû contenir les assauts répétés de , qui est finalement parti seul à la faute alors qu'il semblait proche de passer au virage 12. "Je ne pouvais rien voir dans mes rétroviseurs", raconte Pérez. "Mes rétros étaient plein de buée, donc mon ingénieur me donnait les écarts. Et puis tout à coup, j'ai vu Max sortir large puis disparaître."

L'autre moment chaud est survenu dans le dernier tour, quand il a failli perdre gros face au retour de en embuscade. "Je ne savais pas qu'il [Leclerc] était si proche de moi", souligne Pérez. "Dans le dernier tour il y a eu une belle bagarre avec lui. Il m'a dépassé au virage 10, puis je l'ai repris au virage 12. C'était une course chaotique, mais c'est un gros résultat pour nous."

Un gros résultat qui marque le meilleur résultat de l'écurie Racing Point en F1 depuis son podium au Grand Prix d'Italie 2012 sous l'entité Force India. Cette équipe, Pérez s'apprête à la quitter pour céder sa place à Vettel, sans savoir encore ce qu'il adviendra de son avenir. "C'est important de finir sur une bonne note", conclut le Mexicain. "Le reste n'est plus entre mes mains."