Pétanque - Médias - Bénin pétanque club

L'Equipe.fr
·3 min de lecture

Le documentaire « Il était une foi dans l'Ouest... de l'Afrique », diffusé dans la nuit de mardi à mercredi, à 00h35 sur France 2, raconte l'histoire d'un tournoi de pétanques à Porto-Novo, la capitale du Bénin. Mais son intérêt va bien au-delà.

Le modeste tournoi de pétanque d'Attaké, un quartier populaire de Porto-Novo, la capitale du Bénin, n'a en principe rien pour mériter l'attention des caméras. Le Météor Club d'Attaké a bien offert 100 000 francs CFA (150 euros) au vainqueur de la compétition, de quoi attirer les meilleurs joueurs du coin, mais l'ampleur de l'évènement est relatif, même dans ce petit État d'Afrique de l'Ouest (12,8 millions d'habitants).

lire aussi
L'actu des médias

Il était une foi dans l'Ouest... de l'Afrique, un documentaire diffusé dans la nuit de mardi à mercredi sur France 2 (à 00h35) dans la case 25 nuances de doc, fait pourtant le pari qu'il y a bien une histoire à raconter, si on filme d'assez près cette épreuve minuscule et les formidables personnages qui gravitent autour. Car au travers du récit de l'organisation du Grand Tournoi du Météor Club d'Attaké, le réalisateur, Romain Potocki, dépeint un paysage beaucoup plus vaste : la cohabitation entre les ethnies et les religions, le dénuement, la débrouille, la place des vieillards...

« Baresi » ou « Foufou » ?
Le premier à avoir amené le jeu de boules à Attaké c'est le vieux Simon Aïdekon Adjovi, dit Néné, 82 ans. Dans sa jeunesse, ce patriarche buriné s'employait à ramasser les boules des fonctionnaires locaux, lors de leurs parties de sortie de bureau. Après avoir fondé le Météor Club en 1956, le président d'honneur a la vue qui baisse, mais il a accepté de faire la paire avec un jeune prometteur du quartier.

La compétition est une façon de déterminer qui est le meilleur joueur du coin et les habitants du quartier son nombreux à avoir un avis sur le sujet. « Baresi » ? Le « meilleur tireur de l'Ouémé plateau », qui a un jour touché 800 000 francs CFA (1 200 euros), pour jouer avec un riche amateur, habitué à faire de « grosses mises » sur ses parties. « Foufou » ? Il est tellement fort qu'il appâte les adversaires désireux de le défier en leur accordant des points d'avance.

Un jeu qui rassemble les communautés
Dans un pays qui compte quatre religions, sept langues et une dizaine d'ethnies, le jeu de boules hérité des colons français a aussi la vertu de rassembler les communautés. « Ici dans le quartier on a beaucoup de divinités, rappelle Néné. Mais chacun n'a qu'à faire ce qu'il veut. On n'impose pas et on joue. »

Diffusé dans le cadre d'une programmation spéciale de France Télévisions dédiée à la lutte contre le racisme, en écho à la journée internationale pour l'élimination de la discrimination raciale (21 mars) et à la semaine d'éducation et d'actions contre le racisme et l'antisémitisme (du 21 au 28 mars), ce très réussi Il était une foi dans l'Ouest... de l'Afrique livre une image pleine de tendresse du Bénin, donnant presque des airs de paradis terrestre au terrain poussiéreux de la place d'Attaké.