Pari réussi pour Pol Espargaró face aux "fusées" Suzuki

Léna Buffa
·4 min de lecture

a transformé sa pole position en un nouveau podium au Grand Prix d'Europe qui s'est couru dimanche à Valence. Une troisième place obtenue grâce au déroulement parfait du plan que le pilote KTM avait en tête, entre la pluie qui a retardé la préparation de la course durant les deux premières journées et lui a donné la possibilité de profiter de réglages sur lesquels lui-même n'avait aucun doute, et le choix au dernier instant d'un pneu qu'il n'avait pas évalué précédemment.

Comme souvent, la RC16 s'est équipée d'une gomme dure à l'avant, sa favorite, mais le pilote catalan a cette fois eu le sentiment de faire un pari en la choisissant dimanche après-midi. "Le moment le plus critique a été juste avant la course, quand on était au stand et qu'on a décidé quels pneus utiliser. C'était une décision de dernière minute car la piste se réchauffait", explique-t-il. "On a été sur le point d'utiliser le medium à l'avant, ce qui n'aurait pas été une mauvaise option le matin, mais avec la hausse des températures on savait qu'on aurait été en difficulté dans les freinages, or si je suis en difficulté dans les freinages, ma course est fichue."

Lire aussi :

Course - Joan Mir gagne enfin et file vers le titre !

"On a donc décidé de prendre le pneu dur à l'avant et le medium à l'arrière, et ça a été la toute première fois que j'utilisais ces pneus ce week-end. Même l'équipe de test n'avait pas testé le hard à l'avant quand ils sont venus ici, j'étais le premier. C'était donc une sorte de pari, mais je savais que c'était tout ou rien alors on a pris ce pneu."

Après avoir décroché samedi sa deuxième pole, sur piste humide cette fois, Espargaró voulait en effet tout donner pour la course et c'est bien ce qu'il a fait. Premier à plonger dans le virage 1 à l'extinction des feux, il a tenu les rênes jusque dans le deuxième tour avant de céder à une première Suzuki, celle d'Álex Rins, puis d'être également passé par le futur vainqueur, Joan Mir, deux boucles plus tard. Les "fusées bleues", telles qu'il les décrit, ont affiché leur supériorité, notamment en vitesse de passage, mais le pilote KTM a cherché à tirer profit de ses propres points forts pour rester au contact jusqu'au bout.

"Heureusement, en partant premier j'ai pu utiliser les deux ou trois premiers tours pour faire chauffer le pneu avant. Ensuite, quand Álex et Joan m'ont passé, j'ai réussi à rester derrière eux, la température de mon pneu avant a alors grimpé et mes sensations se sont peu à peu améliorées", explique-t-il.

"Ils ont leurs points forts et nous les nôtres, et au final il faut savoir comment en extraire le maximum chaque week-end. Pour eux, le pneu medium était mieux parce qu'il leur permettait de tourner plus vite et de remettre les gaz plus tôt, mais nous on ne peut pas faire de bon temps si on n'arrive pas à stopper la moto, alors il fallait qu'on utilise ce pneu dur. On l'a pris et il a fonctionné à la perfection, comme on s'y attendait. C'était très risqué sur les freins, mais c'est là qu'il faut prendre des risques avec notre moto, alors tout a été parfait."

Lire aussi :

Quartararo : Championnat perdu, je me concentre sur la 2e place

"À certains endroits, ils tournaient plus vite, et surtout dans leur manière d'ouvrir les gaz ils étaient un peu plus rapides que moi. Je pense donc qu'on aurait pu améliorer un peu la moto avec les réglages, et gagner peut-être un dixième ou un dixième et demi au tour, mais ça aurait suffi à faire la différence entre simplement les suivre et tenter quelque chose de plus à la fin", admet Espargaró, qui sait se satisfaire de cette troisième place : "J'étais tellement à la limite sur tous les tours que je n'aurais rien pu faire de plus. J'ai tout donné et je suis super satisfait de cette position." Et il souligne, beau joueur : "Ces gars ont été très rapides. Ils ont super bien piloté, ça n'est pas juste la moto."

Distancé d'à peine plus d'une seconde à l'arrivée, Pol Espargaró peut aussi se réjouir d'avoir contenu Takaaki Nakagami, quatrième, ce qui lui permet de grimper à la septième place du championnat avec un petit point d'avance désormais sur le Japonais, son futur collègue dans le clan Honda.