Paris 2024 - Estanguet : « Pas d'alternative à ce jour pour Élancourt »

L'Equipe.fr
L’Equipe

En marge du contrat de soutien à l'organisation environnementale WWF, Tony Estanguet, président de Paris 2024, a confirmé, mardi, qu'il n'y avait pas à ce jour de plan B pour l'épreuve de VTT des Jeux parisiens. « Pourquoi s'associer au WWF qui défend l'environnement dans plus d'une centaine de pays ?
Aujourd'hui, il y a une vraie prise de conscience collective, y compris de la part du CIO qui fait sa mutation et a envie de faire évoluer le modèle d'organisation des Jeux, c'est son fameux agenda 2020. On est dans cette optique de voir comment être plus responsable. En même temps, il faut préserver les valeurs du sport et ce qu'il apporte à la société. Le sport a un impact sur les enjeux environnementaux mais il apporte aussi beaucoup à la société en matière de santé, d'éducation, de lien social et ça, il faut absolument le préserver. Les événements sportifs font rêver et incitent à la pratique sportive. « Si le sport ne se bouge pas davantage pour la planète, on met en danger ce que le sport peut apporter à la société » Comment les rendre plus écolos ?
Il faut repenser le modèle d'organisation, c'est ce que l'on est en train de faire et j'espère qu'on va réussir. On veut que ces Jeux (de Paris) soient différents et notamment sur ces sujets environnementaux. Mais l'enjeu principal est que le sport continue à jouer un rôle sociétal majeur parce qu'au quotidien, dans notre pays, des millions de Français continuent à avoir besoin de la pratique sportive pour leur bien-être. Si le sport ne se bouge pas davantage pour la planète, on met en danger ce que le sport peut apporter à la société. On est obligé de réagir et proposer un changement. Le fait de devoir abattre des arbres peut-il remettre en cause la tenue de l'épreuve de VTT prévue à Élancourt (Yvelines) ; un sujet abordé vendredi dernier au bureau exécutif du COJO ?
Le site d'Élancourt pose encore quelques questions qui ne sont pas complètement résolues en matière d'héritage. Qu'est-ce que ce site deviendra au lendemain des Jeux ? On a besoin de renforcer cette réflexion-là en matière environnementale. Il y a des vraies questions qui sont posées sur ce site. On ne veut pas que l'organisation des Jeux puisse être entachée d'une responsabilité ; on ne peut pas ne pas être exemplaire sur les sujets environnementaux et d'héritage alors que l'on a positionné notre stratégie de ce thème. « Il faut que l'on décide dans les prochains mois » Où pourrait aller l'épreuve de VTT ?
Il n'y a pas d'alternative à ce jour. On continue à travailler sur le plan A (Élancourt), essayer de trouver les bonnes solutions pour que ce soit le bon modèle. Mais il y a une petite course contre la montre car ce sujet est sur la table depuis quelques mois. Il faut que l'on avance car il y a des travaux de réhabilitation sur la zone à prévoir, donc il faut que l'on décide dans les prochains mois. Quelle est la deadline ?
On a jusqu'en décembre 2020 pour faire une proposition au CIO. On va continuer à challenger nos propres choix pour faire en sorte que dans les cinq prochaines années, on soit les meilleurs possible et que le bilan fin 2024 soit le plus positif possible. Il faut que pour les sites qui auront été retenus fin 2020, on ait réussi à démontrer que c'étaient les meilleurs sites parce qu'ils auront laissé un héritage pour les territoires ; un avant et un après sur la pratique du sport. »

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

À lire aussi