Paris 2024 - Marathon pour tous - Eliud Kipchoge a fait beaucoup d'heureux lors du 5 km organisé par Paris 2024

·3 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

En n'étant pas rejoints par Eliud Kipchoge lors d'une course-poursuite sur les Champs-Élysées, plus de 1 000 participants ont décroché dimanche leur billet pour le marathon de masse des Jeux Olympiques de Paris 2024. Une belle et grande fête. Un avant-goût, on l'espère, du marathon de masse qui, durant les Jeux de Paris, se disputera sur le même parcours dans la foulée de l'épreuve olympique. Les organisateurs de Paris 2024 avaient eu la bonne idée de convier dimanche plus de 3 500 coureurs, venus de toute la France et d'une vingtaine de pays étrangers pour tenter de décrocher leur billet pour l'épreuve - marathon ou 10 km - qui aura lieu dans trois ans. Le tout sous la forme d'une course handicap sur les Champs-Élysées où l'objectif était de ne pas se faire rattraper par Eliud Kipchoge. Soit rien moins que le recordman du monde (2h1'39'') et double champion olympique de la discipline. lire aussi Toute l'actu de Paris 2024 Dans une ambiance festive et bon enfant, dans une proximité inédite, les coureurs du dimanche ont d'abord pu applaudir et photographier de près le Kényan qui effectuait son échauffement. Et crier à tue-tête en réponse aux sollicitations du « chauffeur de Champs » chargé de mettre de l'ambiance. Les coureurs avaient été répartis dans différents groupes en fonction de leur niveau déclaré. Certains avaient un peu triché, tel ce coureur qui affiche 3h30 au marathon et qui s'était inscrit dans le groupe le plus lent. Eliud Kipchoge « Sur la fin, c'était amusant de voir les gens sprinter, se donner à fond pour franchir la ligne et que je ne les rejoigne pas » Cette course handicap a fait plus d'heureux que prévu. Le COJO prévoyait de distribuer 400 à 600 tickets pour la course de 2024, en fait il y en aura largement plus de 1000. « C'était cool, intense et... jouable », devait se féliciter le Parisien Jean-Baptiste, en guettant si sa femme allait elle aussi se retrouver dans les clous. Il la vit arriver avant Kipchoge, à leur plus grand bonheur partagé : « C'était chouette, il y avait un bon esprit, tout le monde était solidaire, raconte Stéphanie. Mais c'était fatigant dans la dernière ligne droite. Il y avait la pression et certains disaient : "Il arrive, il arrive !" » lire aussi Toute l'actu de l'athlé Eliud Kipchoge - qui n'a pas encore décidé s'il disputerait le marathon olympique en 2024 - était content d'avoir été la vedette de cette belle première. « Je suis très heureux d'avoir fait cette course, dit-il. La foule était fantastique. 3 500 personnes qui essayaient de sécuriser leur billet, c'était vraiment super. Et sur la fin, c'était amusant de voir les gens sprinter, se donner à fond pour franchir la ligne et que je ne les rejoigne pas. » Kipchoge est parti trop vite... Il y eut quand même au final des malheureux, surtout dans le lot des coureurs regroupés dans le groupe le plus rapide, celui des 15-18 km/heure. Kipchoge était parti trop vite après eux (1 minute environ) pour qu'ils aient la moindre chance. « Il y a eu beaucoup de déception, on a entendu des noms d'oiseaux voler », constate le Rennais Jean-Noël. « Il est passé devant après 2 km de course, c'était impressionnant, souffle Philippe, venu de Revel près de Toulouse pour l'occasion. Je n'ai pas le billet pour 2024, mais ce n'est pas grave, c'était génial ! » « Ce qu'on voulait, c'est que tout le monde ait sa chance », explique Tony Estanguet. Du côté du COJO, il y avait la volonté de faire en sorte que ceux qui ne courent qu'occasionnellement soient un peu favorisés, pour se lancer dans une belle aventure du marathon de masse de 2024. « Et vous aurez bien d'autres occasions d'ici 2024 de gagner votre billet », déclara Étienne Thobois, le directeur général de Paris 2024 à un participant malheureux. La fête ne fait que commencer. Elle devrait durer trois ans...

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles