Paris 2024 plaide pour le choix de Lille pour la première semaine du basket aux JO

Le basket n'est toujours pas fixé pour la première semaine des JO de Paris. (photo illustration) (B. Papon/L'Équipe)

Le comité d'organisation des JO de Paris 2024 plaide toujours pour que la première semaine du basket se tienne à Lille lors des Jeux Olympiques, malgré les réserves de la FIBA. L'impasse persiste.

Le bureau exécutif du Comité d'Organisation des Jeux Olympiques 2024 (COJO) s'est penché jeudi sur la nouvelle carte des sites. Alors que d'ultimes études sont menées sur les sites de Villepinte et Châteauroux pour accueillir respectivement les tours préliminaires de boxe (demi-finales et finales se disputeront bien à Roland Garros) et le tir, la question du basket n'est pas réglée.

Depuis la décision « pour des raisons techniques » de ne plus disputer le tour préliminaire du basket dans le hall 6 du parc des expositions de la porte de Versailles (les matches se dérouleront à Bercy à compter des quarts de finale), le COJO et la fédération internationale de basket (FIBA) n'arrivent pas à se mettre d'accord sur le lieu des premiers matches du tournoi olympique. La FIBA souhaite rester à proximité du village olympique alors que Paris 2024 veut effectuer un échange entre le début du hand (initialement prévu à Lille) et celui du basket. Le COJO souhaite ainsi que Karabatic et les siens disputent leurs éliminatoires porte de Versailles, cédant ainsi leur place à Lille au basket pour les premiers jours des Jeux. Une option dont ne veut pas entendre parler la FIBA qui ne souhaite pas communiquer sur le sujet pour l'instant.

Un bras de fer
« On continue à discuter avec la FIBA, précise-t-on du côté de Paris 2024. On est en train d'expliquer pourquoi c'est pour nous la meilleure solution. » De fait, cette interversion entre le basket et le hand pour la première semaine serait le choix le plus avantageux pour Paris 2024 sur le plan financier (les recettes du stade Pierre-Mauroy !), pour les handballeurs qui pourraient profiter de l'expérience des Jeux et pour les autres sports qui ne seraient pas impactés. L'hypothèse de situer le basket à l'Arena 2 de la Porte de la Chapelle nécessiterait de trouver un autre lieu pour le badminton. Ce qui, politiquement, s'annoncerait délicat. Et proposer Lille au badminton plutôt qu'au basket ne serait pas non plus la meilleure solution sur le plan de la billetterie.

lire aussi
Evan Fournier tacle encore le choix du site pour le basket aux JO de Paris 2024

Paris 2024 n'aurait proposé aucune autre option dans la capitale
C'est un bras de fer qui est engagé avec la FIBA qui, selon nos informations, reste ferme sur ses positions. Il y a certes des éléments de prestige de voir le basket se disputer dans la capitale mais des éléments techniques entreraient également en ligne de compte. L'absence de climatisation au stade Pierre-Mauroy rendrait ainsi le parquet glissant et dangereux pour les athlètes. De source proche du dossier, il semble par ailleurs que Paris 2024 n'ait proposé aucune autre option dans Paris (ou la proche banlieue) malgré les demandes de la FIBA. Que Paris 2024 ait annoncé mardi l'ouverture de deux nouveaux sites (probablement Villepinte et Châteauroux) devrait donner du grain à moudre à la fédération internationale de basket.

Si le désaccord persiste, c'est au CIO, partie prenante des réunions entre la FIBA et le COJO, qu'il reviendra de trancher. À Paris 2024, on se dit confiant pour que Lausanne s'accorde à dire que la solution sur la table est la meilleure pour tout le monde. Certains acteurs extérieurs au COJO avancent que le CIO pousse aussi pour cette option la plus en ligne avec l'Agenda 2020 cher au président Thomas Bach.

Une décision est attendue pour le conseil d'administration du 12 juillet, mais Paris n'en fait pas une date butoir.

lire aussi
Toute l'actu sur Paris 2024

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles