Paris 2024 s'appuie sur l'ingénierie

Tony Estanguet avec Laurent Germain, le DG de la société Egis. (DR)

Egis, société d'ingénierie française, devient supporteur officiel du comité d'organisation des Jeux Olympiques et Paralympiques de Paris 2024, en charge de l'expertise des sites des épreuves ou de célébration.

Tony Estanguet est toujours « ravi » quand il présente un nouveau partenaire de Paris 2024. Lundi soir, sur le rooftop du chic hôtel Molitor à Paris, le patron de Paris 2024 n'a pas dérogé à la règle dans son discours. Avant de signer symboliquement le contrat avec la société d'ingénierie Egis, il a rappelé que le supporteur officiel était déjà partenaire du comité de candidature de Paris pour les Jeux de 2024. « Paris 2024 monte en puissance avec un projet qui chaque jour se renforce », a souligné le triple champion olympique de canoë (C1). « Vous allez nous accompagner pour tous les sites de compétition mais aussi sur d'autres lieux comme le village olympique ou des grands marqueurs comme la cérémonie d'ouverture », a poursuivi Tony Estanguet.

La société française d'ingénierie, qui intervient bien en amont des épreuves et en toute discrétion, a déjà commencé à plancher sur la ventilation de Paris La Défense Arena, qui va accueillir les épreuves de natation course, para natation ainsi que les finales de water polo. Elle a aussi calculé le taux de charge supportable pour le pont Alexandre III où seront installées des tribunes VIP afin de regarder la cérémonie d'ouverture sur la Seine. Elle a aussi pour mission d'évaluer le risque d'éblouissement des athlètes sur le mur d'escalade du Bourget quand le soleil se couche. Autant de données que le COJO doit transmettre aux fédérations internationales bien avant le début des Jeux.

19

Le nombre de partenaires de Paris 2024 aux trois rangs de la pyramide de sponsoring domestique.

« Egis a une longue histoire avec le sport », a insisté Laurent Germain, son directeur général, en rappelant que la société basée à Saint Quentin en Yvelines, à quelques roues du Vélodrome national, était partenaire de l'Euro 2016 pour l'accompagnement de la mise en service de tous les stades ou encore de la CAN 2022 pour l'enceinte de Yaoundé (Cameroun). « Ce partenariat va permettre de montrer l'expertise technique d'Egis », a poursuivi le dirigeant. Son montant n'a pas été précisé mais il se décompose en cash et en services. Egis pourra également permettre à plusieurs de ses collaborateurs (17 000 dont 5 000 en France) de porter la flamme ou encore d'être volontaire pendant les Jeux.

« On va sponsoriser un petit groupe d'athlètes », a également annoncé Laurent Germain en précisant qu'ils se compteront sur les doigts d'une main. « On souhaite un maximum de médailles pour les Jeux et aider Paris 2024 et les sportifs à se préparer dans les meilleures conditions », a détaillé le dirigeant qui recherche notamment des profils d'ingénieurs parmi les médaillables. Il mise par ailleurs sur le partenariat avec Paris 2024 pour attirer les jeunes ingénieurs sur un marché qui a tendance à en manquer.

Tony Estanguet a confirmé son objectif d'atteindre d'ici la fin de l'année les 80 % de recettes partenariat sur un montant total de 1,1 Mds d'euros. « Je suis optimiste. On a des entreprises qui nous rejoignent et on est 30 %, en valeur, plus haut que Londres (pour les Jeux de 2012) à date. On a su préserver l'ambition du projet », a souligné le patron du COJO.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles