Paris FC-Lyon : après les incidents, la question de la responsabilité pour les ultras

·1 min de lecture

Depuis la reprise de la Ligue 1, les incidents n'ont cessé de se multiplier. Montpellier-Marseille le 8 août ; Nice-Marseille le 22 août ; Lens-Lille le 18 septembre ; Angers-Marseille le 22 septembre ; Saint-Étienne-Angers le 22 octobre ; et OL-OM le 21 novembre. Les formes ont varié, les cibles aussi (supporters adverses ou joueurs sur le terrain) tout comme le profil des auteurs. Le résultat reste le même, et l'image des supporters se dégrade un peu plus à chaque fois. Cependant, un nouveau seuil a été franchi à Charléty. Tout d'abord parce que les débordements se sont déroulés dans le cadre de la Coupe de France, patrimoine national censé plutôt représenter une communion ou au moins une commémoration de notre football, quelque peu épargnée par les rivalités qui exaspèrent l'ordinaire des championnats. Ensuite car on ne pouvait pressentir une tension particulière, contrairement à Lyon-Marseille ou un Lens-Lille, autour de ce match.

Lire la suite sur sofoot.com

SO FOOT.com
SO FOOT.com
Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles