Paris, implacable, écrase Montpellier et fonce en demi-finales de la Coupe de France

·2 min de lecture

Auteur d'une prestation monstrueuse, le PSG a fessé son rival héraultais, jeudi soir en quarts de finale de la Coupe de France (41-24). Il rejoint Toulouse, Chartres et Nantes dans le dernier carré.

« Debout le stade, debout ! » Les ultras n'ont même pas attendu la mi-temps pour inviter Coubertin à la fête lors de ce quart de finale de Coupe de France, jeudi. C'était la 21e minute de jeu, Paris menait 15-4 contre son grand rival Montpellier et avait déjà son billet en poche pour le dernier carré. Le MHB n'a pas existé et le PSG a transformé ce choc entre quarts-finalistes de la Ligue des champions en promenade.

« C'est grisant quand tout se passe ainsi à la perfection, souriait le capitaine parisien Luka Karabatic. Paris-Montpellier, c'est toujours des matches particuliers où on essaie de mettre un supplément d'âme. On avait envie de les marquer et on a mis notre empreinte sur le match. On les a asphyxiés. »

Le tenant du trophée rejoint en demi-finales Toulouse, Chartres et Nantes. Le tirage au sort sera effectué mardi 26 avril. Cette Coupe, Paris y tient. Il suffisait de voir la rage avec laquelle Nikola Karabatic, 38 ans, montait les ballons et célébrait ses buts (6/6 au tir) bras écartés face aux tribunes, comme au bon vieux temps.

Gérard et les Karabatic, le bonjour des anciens

Montpellier a eu droit au bonjour de ses grands anciens, les frères Karabatic (11 buts cumulés) et surtout Vincent Gérard. Le gardien de l'équipe de France, lui aussi, a eu tout loisir de haranguer le public, alignant les parades monstrueuses : 18 au final à 45 %, plus deux buts marqués en cage vide !

« On a commencé de manière catastrophique, se désolait Valentin Porte, le capitaine héraultais. Au bout de dix minutes le match était pratiquement fini. » À 7-2 (9e), plus grand monde ne se demandait si le règlement prévoyait des prolongations ou directement une séance de tirs au but en cas de match nul.

lire aussi

Nantes domine Aix et se qualifie pour les demi-finales de la Coupe de France

Le MHB, qui avait pourtant gagné ses six derniers matches, n'a pas arrangé son cas en multipliant les tirs hors cadre, ballons perdus et oublis défensifs. « Le plus gênant, ce sont les attitudes », avouait l'ailier montpelliérain Yanis Lenne.

Patrice Canayer a eu beau prendre ses temps morts à toute vitesse, l'écart n'a cessé de se creuser, dépassant la correction record subie ici par Montpellier en décembre 2014 (36-20). Paris signe sa dixième victoire de rang sur le MHB, toutes compétitions confondues. Impitoyable.

Nikola Karabatic : « Un gros plaisir »

lire aussi

Le programme et les résultats de la Coupe de France

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles