Paris Lee, retour express et réussi en finale contre l'Asvel

Paris Lee s'était blessé en demi-finale contre Pau-Orthez. (F. Porcu/L'Équipe)

Sasa Obradovic a relancé avec succès le meneur américain Paris Lee, blessé en demi-finales, pour contenir la paire Elie Okobo-Chris Jones, mercredi lors du match 1 de la finale de Betclic Élite (82-74).

Oubliées les fins de match mal gérées à Pau-Orthez, en demi-finales. Mercredi soir, à l'Astroballe (victoire 82-74 de Monaco), Sasa Obradovic a retrouvé son pitbull. À peine remis d'une blessure aux côtes qui l'avait privé des cinq derniers matches de play-offs, Paris Lee s'est sacrifié pour coffrer un ballon au centre du terrain et éviter une perte de balle.

Celle-ci aurait pu relancer l'Asvel, toujours à l'affût à 40 secondes du buzzer (71-80, 39e). L'ancien meneur d'Orléans (8 points, 3 rebonds, 2 passes) s'est relevé en grimaçant, secouant son poignet, mais il a repris sa place dans le cinq des « finisseurs » envoyés par Obradovic pour sceller le sort de la rencontre. Au relais d'Alpha Diallo, Lee a mené les efforts défensifs de la Roca Team sur sa cible numéro 1 : la paire Elie Okobo-Chris Jones, moteur de l'Asvel, maintenue loin de ses standards mercredi (29 points cumulés, 8 sur 20 au tir).

lire aussi

Sasa Obradovic après la victoire de Monaco contre l'Asvel : « Un gros match défensif »

Un retour au détriment de Donta Hall

« Paris Lee est tellement important pour nous, il l'a été toute la saison. Okobo et Jones sont deux des meilleurs joueurs de la ligue, c'est important de pouvoir envoyer plusieurs joueurs défendre sur eux », saluait Diallo. En plus de sa défense collante sur la traction arrière rhodanienne, le meneur aux dreadlocks a planté l'un des tirs clés de la rencontre.

Une flèche primée décochée du corner droit avec la faute de Marcos Knight pour stopper la furia de l'Asvel au retour des vestiaires (45-55, 25e). « Il a refait le break », résumait Obradovic. Une action d'éclat et un pari réussi pour le technicien serbe. Pour coucher le nom du meneur sur la feuille de match, il a dû se priver du pivot Donta Hall, qui pesait pourtant 17,3 d'évaluation en demies contre Pau-Orthez. Impossible en effet d'avoir plus de six joueurs non formés en France (JFL) au coup d'envoi. « Avec Paris Lee, j'ai un autre joueur qui peut organiser le jeu à côté de Mike James. Je l'ai relancé pour ça en deuxième mi-temps, quand notre organisation n'était pas bonne », ajoutait Obradovic. Un casse-tête de plus pour T.J. Parker et l'Asvel, dos au mur avant le match 2 vendredi soir (20h30).

lire aussi

T.J. Parker après la défaite de l'Asvel contre Monaco : « Il y a de la colère »

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles