Paris : Dans les piscines municipales, des maîtres-nageurs malades dénoncent un air pollué

Paris : Dans les piscines municipales, des maîtres-nageurs malades dénoncent un air pollué

ENQUETE - La ville de Paris est dans l’incapacité de fournir des preuves de contrôles des installations d’aération, qui ont pour certaines accumulées des kilos de poussières et saletés

« J’avais des symptômes - maux de tête, nausées - et je les avais à mon travail. Et quand je quittais mon travail j’avais ces symptômes pendant encore quelques heures à la sortie du bassin, puis pendant encore plusieurs jours… » Claire* est une ancienne employée des piscines municipales de la Ville de Paris. Comme d’autres agents, qui acceptent très difficilement de parler, elle est tombée malade après plusieurs années à travailler dans une atmosphère chlorée et polluée.

Les soucis ont commencé en 2016, juste avant que le diagnostic ne tombe : asthme. « J’ai été mise en arrêt maladie puis après en incapacité d’exercer », se souvient Claire, qui en a encore gros sur le cœur. « J’aimais mon métier, ce n’était pas un choix facile à faire. »

« Une bouteille d’oxygène dans le dos »

Claire n’est pas la seule à souffrir de ces symptômes, qui touchent à divers degrés de nombreux agents de la ville travaillant dans les piscines municipales. Secrétaire de la CGT pour la Ville, et lui-même maître-nageur sauveteur, Voussad Challal dit avoir croisé deux de ses anciens maîtres-nageurs, qui déambulaient « avec une bouteille d’oxygène dans le dos ».

« Dans ma piscine, un collègue est décédé des poumons il y a huit ans, (...) Lire la suite sur 20minutes

À lire aussi :
Paris : Grève dans les piscines municipales du 1er juillet au 31 août
Coronavirus à Paris : Fermées, les piscines municipales sont-elles si dangereuses ?
Crise de l’énergie : Paris va moins chauffer ses piscines et éteindre des bâtiments municipaux à 22 heures