Paris-Roubaix : les conséquences du report de la course en octobre

Alexandra Lopez
·1 min de lecture

• Une météo qui peut tout changer

Courir au printemps et courir en automne sont deux choses totalement différentes. La pluie peut avoir une vraie incidence sur la course et la rendre beaucoup moins animée. En effet, s'ils doivent rouler dans la boue, les cyclistes prendront leurs précautions pour éviter les chutes. Habitués à des pavés généralement secs, ils devront probablement composer cette fois-ci avec l'humidité. "Le parcours sera complètement différent puisque la vitesse sera plus faible, il faudra être adroit sur les pavés", explique François Doulcier, président des Amis de Paris-Roubaix. Quant à l'impact des ramassages de betteraves, il se veut rassurant en précisant : "On est quand même assez tôt dans la saison pour éviter d’avoir trop de terre sur le pavage."

• Vers une redistribution des cartes ?

Le report de l'Enfer du Nord au mois d'octobre pourrait inverser les tendances et créer de belles surprises. Certains coureurs peuvent être plus performants en fin de saison qu'au début, mais l'inverse est également possible. "Ça va changer l’état de forme car les coureurs avaient une cohérence dans le calendrier cycliste", prévient François Doulcier. "Les classiques flandriennes sont au...

Lire la suite sur France tv sport

A lire aussi