"On est partis de très loin" : les Comores, sélection au vivier très français, aux portes d'une qualification historique à la CAN

Denis Menetrier
·1 min de lecture

Le contexte incite à la mesure et à éviter de s'enflammer inutilement. Depuis le début de l'entretien, Amir Abdou, le sélectionneur des Comores s’applique à utiliser le conditionnel pour évoquer une potentielle qualification de son équipe à la prochaine Coupe d’Afrique des Nations (CAN), en janvier 2022, au Cameroun. Un exploit immense qui serait une première dans l’histoire sportive des Comores. Dans le monde du football, comme en politique, la langue de bois est souvent de mise. Peut-être s’agit-il d’un excès d’enthousiasme, mais celle d’Amir Abdou finit par fourcher.

Sur le moment, l'entraîneur de 48 ans ne peut s’en empêcher : "Ça va être une belle récompense pour nous, après tout le travail fourni ces dernières années". Depuis plus de six mois, et les derniers matches joués par les Coelacanthes (surnom issu d'une espèce de poisson vivant notamment aux Comores), c’est tout un pays qui se prend à rêver d’une qualification qui lui tend les bras. Face au Togo jeudi 25 mars, les Comores, archipel composé de trois îles dans l'océan Indien, n’ont besoin que d’un petit point pour valider leur ticket pour la prochaine CAN. Mieux encore, un succès de l’Égypte qui joue au même moment au Kenya, les qualifierait automatiquement.

Lire la suite sur France tv sport

A lire aussi