Le passé compliqué de Mohamed Haouas, pilier de l'équipe de France de rugby

·1 min de lecture

Retour sur les lieux du crime, mais sur le banc. Mohamed Haouas, 26 ans, sera remplaçant dimanche à Murrayfield, là où il avait écopé d’un carton rouge pour avoir collé une droite à un Écossais, compromettant le Grand Chelem un temps envisagé par le XV de France. Neuf mois plus tard, le pilier droit montpelliérain garde la confiance du staff des Bleus, qui l’a recadré. Hormis ce coup de sang, ce colosse de 1,85 mètre pour 123 kilos, trouvaille du sélectionneur Fabien Galthié, a fait preuve de fiabilité lors de ses six apparitions. "Sa capacité de déplacement est impressionnante et il a beaucoup progressé en mêlée, en témoigne sa dernière performance face aux cent sélections de l’Irlandais Cian Healy", estime Nicolas Mas, le pilier le plus capé du rugby français (85 sélections).

Les deux hommes se sont croisés au MHR. Alors en fin de carrière, Mas se souvient d’un jeune homme "très respectueux des anciens aux entraînements". Avant de préciser : "Même si je pense qu’il ne savait pas trop qui j’étais." L’anecdote amuse Stéphane Welch, son entraîneur chez les Espoirs héraultais. "Momo n’a pas la culture du rugby et n’en maîtrise pas les codes, explique-t-il. Par exemple, il ne chante pas. Mais c’est aussi sa force : rien ni personne ne l’impressionne." C’est peu dire. En mars 2018, le grand public l’a découvert dans des circonstances qui posent un personnage : à l’échauffement, Haouas avait asséné un uppercut à son coéquipier sud-af...


Lire la suite sur LeJDD