Pass sanitaire : les Bad Gones boycottent les premiers matchs de Lyon

·1 min de lecture
« C'est la mort dans l'âme que nous avons décidé de reporter notre retour au stade », ont annoncé les Bad Gones.
« C'est la mort dans l'âme que nous avons décidé de reporter notre retour au stade », ont annoncé les Bad Gones.

Les responsables des Bad Gones, le principal groupe de supporteurs de l?Olympique lyonnais, ont annoncé mercredi 4 août qu?ils ne reviendraient pas au stade pour les deux premiers matchs de Ligue 1 afin de manifester leur opposition au pass sanitaire, qu?ils jugent « liberticide ». « C?est la mort dans l?âme que nous avons décidé de reporter notre retour au stade. Nous ne serons donc pas présents samedi en tant que groupe : pas de bâche, de sono ou d?animation », écrivent les responsables dans un communiqué diffusé sur Facebook.

Ils précisent aussi vouloir se « cantonner à un rôle d?observateur » sur la manière dont les nouvelles mesures de contrôle seront appliquées pour les deux premiers matchs à domicile. Le groupe de supporteurs, qui occupe le virage nord du Groupama Stadium, laisse en revanche à ses adhérents « le libre choix de se rendre ou non au stade, en leur âme et conscience ». Les Bad Gones revendiquaient la saison dernière plus de 6 000 adhérents. Lundi, les Green Angels, l?un des deux principaux groupes de supporteurs ultras du voisin et rival, l?AS Saint-Étienne, avaient fait part d?une décision similaire en prenant soin de préciser n?être « ni pro-vaccins ni anti-vaccins ».

En Espagne, une jauge à 40 %

Le Conseil constitutionnel doit rendre jeudi 5 août sa décision concernant l?extension du pass sanitaire. Néanmoins, son exigence pour les événements rassemblant de nombreuses personnes n?apparaît pas comme un point de friction qui pourrait être [...] Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles