Patinage artistique - Gabriella Papadakis et Guillaume Cizeron brillent aux Masters

·2 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Les quadruples champions du monde de danse sur glace Gabriella Papadakis et Guillaume Cizeron ont remporté samedi à Épinal les Masters où ils revenaient à la compétition après vingt mois d'absence et présentaient leurs programmes olympiques. Gabriella Papadakis et Guillaume Cizeron ont à nouveau montré samedi à Épinal, qu'ils étaient prêts à aller chercher l'or olympique, dans quatre mois à Pékin. Les danseurs français, médaillés d'argent à Pyeongchang il y a quatre ans, n'avaient pas patiné depuis vingt mois à cause de la pandémie. De retour pour les Masters, le rendez-vous national de début de saison, les quadruples champions du monde ont présenté leur nouveau programme libre, sur l'Élégie de Gabriel Fauré. Comme la veille, leur performance a été saluée par les juges : avec 231,10 pts au total (137,31 pts pour le libre), les Français obtiennent des scores supérieurs à leurs records du monde - où seuls sont pris en compte les scores des compétitions internationales. « C'était une très bonne performance pour là où on en est dans la saison, on est très contents de cette première compétition », résume Gabriella Papadakis. « Ça nous a donné confiance en nos programmes, ça nous a remis dans le bain de la compétition, poursuit Guillaume Cizeron. Ce sont des feelings qu'on avait un petit peu oubliés, ça nous remet dans le bain mais avec la maturité qu'on a acquise aussi pendant ces vingt derniers mois, ça fait du bien. » Au Finlandia Trophy, samedi et dimanche prochain, ils retrouveront pour la première fois depuis leur argent européen de Graz, en janvier 2020 un plateau international, avec les 4es et 5es des derniers Championnats du monde, les Américains Chock-Bates et les Russes Stepanova-Bukin Siao Him Fa sur sa lancée Deuxième il y a une semaine du Nebelhorn Trophy, validant le deuxième quota olympique de la France dans la catégorie masculine, Adam Siao Him Fa a confirmé à Épinal. Le patineur de vingt ans a signé un très bon libre sur Daft Punk (avec deux quadruples, boucle-piquée et salchow), et facilement remporté le libre (avec 177, 69 pts) et la compétition (avec 256,25 pts). « On a allégé un petit peu le programme long, mais ça ne m'empêche de continuer à faire un travail global sur le programme, analyse l'élève de Laurent Depouily à Courbevoie. Je suis super content. » Premier à l'issue du programme court, Kevin Aymoz, à l'arrêt pendant deux mois cet été à cause d'une pubalgie, se savait bien trop court physiquement. Le patineur, qui a repris les sauts il y a trois semaines et ne s'est pas encore attaqué aux quadruples, a lourdement chuté sur son premier triple axel, puis sur un lutz et un flip. « C'est dur, c'est mon premier libre en entier (entraînements compris), alors ça fait un peu mal aux cuisses et au coeur, j'étais cramé, décrit le 9e des derniers Championnats du monde, qui termine finalement 5e du libre et 3e de la compétition (avec 222,86 pts). C'était logique que ce soit dur. J'avoue que j'aurais pu montrer un peu moins la fatigue, j'aurais pu mieux jouer le jeu, mais j'ai fait de mon mieux, j'ai montré de très bons entraînements, je suis premier du programme court, c'est ce que je vais retenir. Maintenant, je vois exactement où j'en suis, il n'y a plus grand-chose à travailler, ce sera du cardio et les quads, et on est parti. » Le Français espère retrouver la semaine prochaine sa base d'entraînement en Floride, où il n'a pas pu se rendre à cause de la pandémie depuis le printemps 2020.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles