Patrick Montel – Skate, surf… le pari risqué des Jeux olympiques

·1 min de lecture
Jérémy Flores a réussi un « tube ».
Jérémy Flores a réussi un « tube ».

Le surf, l?escalade et le skateboard font leur apparition au programme des JO de Tokyo. En ajoutant à cette liste le breakdance dans trois ans à Paris, le CIO poursuit sa grande offensive en direction de la jeunesse. En intégrant des disciplines alternatives dans le giron olympique, les vénérables membres de l?institution espèrent bien donner aux Jeux un souffle nouveau. Si les audiences télé sont toujours au rendez-vous, le vieillissement de l?auditoire fait peser à l?avenir une réelle menace sur la pérennité du modèle. Sur le plan marketing, il apparaît urgent pour le CIO de prendre en compte l?évolution du sport sous peine de voir ses partenaires migrer vers des manifestations plus conformes avec l?air du temps.

Les épreuves de skate par exemple ont révélé d?authentiques athlètes de rue pour qui la sainte performance codifiée ne constitue pas l?objectif ultime. Casquette sur le crâne, écouteurs vissés dans les oreilles, les « Streeters » sont entrés dans l?olympisme par une porte annexe, sans prise de tête excessive avec le souci de partager le skatepark avec des potes, de les défier dans des tricks qui privilégient davantage l?inspiration que la stratégie comptable. À écouter leurs réactions, la distribution des médailles reste une concession à la marge, une occasion supplémentaire d?élargir leur communauté de fans sur les réseaux sociaux.

Deux mondes s?opposent

En termes d?images et de plan com, les breloques attribuées aux Japonais dans l?épreuve de str [...] Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles