Paul et Wolf remportent les derbies américains à l'Open d'Australie, Shelton sort Popyrin

Tommy Paul et JJ Wolf sont qualifiés. (Reuters)

Les Américains Tommy Paul et JJ Wolf se sont facilement imposés, respectivement contre leurs compatriotes Jenson Brooksby (6-1, 6-4, 6-3) et Michael Mmoh (6-4, 6-1, 6-2), pour rallier samedi les huitièmes de finale de l'Open d'Australie. Leur compatriote Ben Shelton a lui sorti l'Australien Alexei Popyrin.

Après Sebastian Korda, et en attendant Ben Shelton (face à Popyrin), Tommy Paul et JJ Wolf, tous les deux opposés à des compatriotes, se sont qualifiés samedi matin pour les huitièmes de finale de l'Open d'Australie, une édition très profitable aux intérêts américains.

Tommy Paul (25 ans, 35e mondial) a disposé facilement de Jenson Brooksby, tombeur de Casper Ruud au tour précédent. Déjà tranquille vainqueur de ce dernier à Cincinnati l'an dernier (6-3, 6-2), Paul a su déjouer le jeu si particulier de son adversaire, notamment en l'agressant au retour pour se qualifier sans trop forcer après sa rude bataille en cinq sets au tour précédent contre Davidovich Fokina. Présent en huitième de finale à Wimbledon l'an dernier, Paul se retrouve une nouvelle fois en deuxième semaine d'un tournoi du Grand Chelem, où il affrontera le vainqueur de la rencontre Murray - Bautista Agut.

lire aussi : Le tableau de l'Open d'Australie

Encore un derby en 8esDans l'autre derby, JJ Wolf (10 aces, 34 coups gagnants) n'a pas tremblé contre le lucky loser Michael Mmoh, qui avait sauvé une balle de match contre Lokoli et éliminé Zverev, en marquant notamment dix jeux de suite pour mener 6-4, 6-1. À 24 ans, le 67e joueur mondial, qui dispute son premier Open d'Australie, se qualifie pour la première fois pour les 8e de finale d'un tournoi du Grand Chelem.

En huitièmes, Wolf affrontera de nouveau l'un de ses compatriotes. Ben Shelton, nouvelle sensation du tennis américain, a en effet disposé de l'Australien Alexei Popyrin en trois sets (6-3, 7-6 (4), 6-4). À 20 ans, pour son premier Open d'Australie (c'est même son premier déplacement hors des États-Unis), l'actuel 89e mondial confirme les attentes placées sur lui, et confirme aussi la réussite de la formation américaine.

lire aussi : La nuit à Melbourne : Fruhvirtova prend date, pas les Français