Pauline Roussin-Bouchard comme chez elle à Evian

Pauline Roussin Bouchard a terminé 38e l'an dernier, son meilleur résultat à Evian.

Pauline Roussin-Bouchard, qui pointe au 147e rang mondial, dispute cette année son 3e Evian Championship, le premier en tant que membre du LPGA.

« Dans quel état d'esprit arrivez-vous à Évian ?
J'ai toujours adoré cet endroit. J'y joue depuis toute petite, donc j'ai hâte que le tournoi commence. En plus, je vais être avec toute ma famille. Il y a mes parents, mon grand frère et sa chérie, et on va être tous ensemble dans une grande maison. Il y aura aussi Alain (Alberti, son coach) et François (Teissedre-Dalou, son ostéopathe). Ça fait définitivement partie de ma liste de tournois à gagner. Il est tout en haut, même s'il n'est pas le seul.

Quel est votre objectif ici, cette année ?
Je n'ai pas d'objectif particulier de résultat. J'ai des objectifs de moyens et de comportement. Évidemment, ce serait décevant de ne pas passer le cut, et je garde une potentielle victoire dans un coin de ma tête. Mais je pense qu'il y a des choses à imaginer avant de penser à tout cela. Ça ne dépend pas que de moi, donc le plus important est d'être concentrée sur les routines, les entraînements et la stratégie choisie avec Sébastien (Clément, son caddie). Pour le reste, on verra.

Vous êtes-vous préparée de façon particulière ?
Non, pas vraiment. Certes, c'est un Majeur, donc je fais un peu plus attention à mon entraînement en amont, mais je sais depuis le temps que je viens ici les coups que je dois avoir dans le sac. Donc à l'entraînement, je travaille un peu plus de ce que demande le parcours, car il est très particulier. En termes de design, il est vraiment très européen, ça change beaucoup des parcours américains. J'ai hâte de le rejouer, mais je ne me prends pas plus le chou que ça sur la préparation.

« À Évian, les greens sont très pentus, et l'herbe des greens est différente aussi. Les fairways peuvent aussi être beaucoup plus étroits. »

Au niveau physique, comment allez-vous ?
Je me suis fait une petite blessure il y a quelque temps et j'ai donc fait moins de séances de sport avec Fred (Lambertin, l'un de ses deux préparateurs physiques avec David Baudrier). En contrepartie, je me suis mise au vélo pour me « défoncer » un petit peu. Après, j'ai surtout mis l'accent sur les récupérations, les routines de récupération. On a fait attention avec David de bien mettre les choses en place lors du tournoi de Londres (16-18 juin) et après, pour que je puisse le faire toute seule une fois repartie. J'ai encore des périodes d'ajustements, mais je sens une progression.

Vous étiez un peu fatiguée à l'U.S. Women's Open en juin. Où en êtes-vous à présent ?
C'est complètement différent, parce qu'avant l'U.S. Open j'ai quasiment enchaîné huit ou neuf semaines non-stop. Là, ce n'est pas la même chose : j'ai eu une semaine de repos chez moi, puis deux semaines de tournoi, puis de nouveau deux semaines à la maison. Maintenant que je suis repartie en Europe, je vais voir s'il y a des ajustements à faire, car je vais enchaîner à nouveau les tournois à partir d'Évian : le Scottish Open, peut-être le British, puis l'Irlande du Nord, l'Aramco en Espagne, le Canada et un tournoi dans l'Ohio, donc ça va faire une fin d'été bien chargée. C'est là que je vais commencer à voir la différence au niveau des routines.

Qu'y a-t-il de différent à Évian par rapport aux États-Unis ?
Déjà, l'herbe étant différente, les lies des balles sont différents. À Évian, les greens sont très pentus, et l'herbe des greens est différente aussi. Les fairways peuvent aussi être beaucoup plus étroits. On n'a pas joué beaucoup de parcours avec un design européen : c'est l'opposé du KPMG (le troisième Majeur de la saison en juin). Là-bas, c'était des aéroports pour le drive ! À Évian, on a des greens en pente avec le grain vers le lac : c'est vraiment très spécifique, on n'a pas beaucoup ça aux États-Unis.

C'est votre premier Amundi Evian Championship en tant que professionnelle, est-ce que ça change quelque chose ?
Rien du tout, pour être honnête. »

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles