Le peloton divisé après l'interdiction par l'UCI de la position aérodynamique de descente dite "Mohoric"

Vincent Daheron
·1 min de lecture

Samedi 5 septembre 2020, huitième étape du Tour de France. Le coureur d’AG2R Citroën Nans Peters, assis sur le cadre de son vélo, lâche Ilnur Zakarin dans la descente du Port de Balès pour aller s’offrir une magnifique victoire en solitaire, sa première sur la Grande Boucle. Une image qu’on ne reverra peut-être pas de sitôt. Pas une victoire du Français, non, mais sa position aérodynamique dans la descente. En effet, ce lundi 8 février, l’Union cycliste internationale (UCI) a dévoilé une série de mesures pour améliorer la sécurité des coureurs. Parmi celles-ci, l’interdiction formelle à partir du 1er avril de "l’usage du tube supérieur horizontal de la bicyclette comme point d’assise", selon les termes de l’institution dirigeante. Cette technique, aussi appelée "Mohoric" du nom du cycliste slovène prénommé Matej qui l’avait utilisée pour la première fois en 2013 lors de son titre mondial en Espoirs, avait surtout été popularisée en 2016 par le quadruple vainqueur du Tour Chris Froome. A partir du 1er avril, si l’infraction est constatée, le coupable sera disqualifié par les organisateurs.

Lire la suite sur France tv sport

A lire aussi