"On pensait qu'on était victimes d'un guet-apens" : un an après, retour sur le premier confinement d'une compétition sportive internationale

Denis Menetrier
·1 min de lecture

L’équipe Cofidis n’est pas rancunière, certains de ses coureurs le sont davantage. Des sept cyclistes de la formation française engagés sur l’UAE Tour l’an dernier, seul Attilio Viviani et Nathan Haas ont pris le départ de l’édition 2021 ce dimanche. Des choix qui s’expliquent par la stratégie mise en place par Cofidis pour sa nouvelle saison, mais également par les demandes de certains coureurs. "Ce qu’il s’est passé l’année dernière a marqué toute l’équipe. Certains nous ont dit qu’ils ne voulaient plus du tout retourner à Abou Dhabi sur l’UAE Tour", indique Cédric Vasseur, manager général de Cofidis, qui précise "que ce n’est pas propre à la ville et au pays, mais à l’événement qui s’y est déroulé."

L’événement en question n’est autre qu’un confinement imposé à tout le peloton, faisant de l’UAE Tour la première compétition sportive internationale à avoir été directement bouleversée par le Covid-19. Le 28 février 2020, alors que les coureurs doivent encore participer à deux étapes, les organisateurs annoncent l’annulation de la fin de la course et la mise à l'isolement de toutes les équipes. Trois d’entre elles - la Groupama-FDJ, Cofidis et Gazprom-RusVelo - resteront en quarantaine à Abou Dhabi pendant dix...

Lire la suite sur France tv sport

A lire aussi