Perpignan s'impose à Mont-de-Marsan en match d'accession et se maintient en Top 14

Le centre international argentin Jeronimo de la Fuente inscrit le deuxième des quatre essais de l'USAP, dimanche, face à Mont-de-Marsan. (F. Lancelot/L'Équipe)

Victorieux (41-16) de Mont-de-Marsan, dimanche, qui évoluait à domicile pour ce match d'accession, les Perpignanais conservent leur place en Top 14. Les Montois, eux, restent en Pro D2.

Le match : 41-16

Incapables de marquer le moindre point en seconde période, crucifiés par leur carton jaune (49e), période d'infériorité durant laquelle ils encaissèrent treize points, et impuissant lorsqu'ils furent à leur tour en supériorité numérique (62e-72e), les Montois resteront en Pro D2, la saison prochaine. Il n'y a donc pour la première fois depuis 2018 qu'une seule descente en Pro D2, celle de Biarritz, l'USAP conservant sa place dans l'élite.

Comme souvent dans ce cas d'accession, les pensionnaires du Top 14 ne purent pas vraiment développer leur jeu d'entrée et, trop stressés, trop tendus, balbutièrent là où on les attendait dominateurs. Le rythme de cette rencontre couperet n'avait rien d'élevé et les occasions étaient plus souvent manquées que bonifiées. En témoignent les deux temps forts montois (29e, 43e) et perpignanais (13e, 20e) mal terminés.

lire aussi

Le film de Mont-de-Marsan - Perpignan

À l'essai initial de l'arrière landais Yoann Laousse Azpiazu (4e) en première intention, les Catalans répliquèrent par celui de Melvyn Jaminet (18e), et à chaque fois sur un coup de pied rasant pour mystifier la défense vite montée. Les buteurs Coly et Jaminet ayant meublé le score, les deux équipes viraient à égalité (16-16) à la pause, et la tension montait d'un cran en seconde période. En infériorité numérique (49e, plaquage dangereux de Goneva), les Montois encaissèrent deux buts de pénalité signés Melvyn Jaminet (50e, 54e), auteur d'un 100 % face aux buts, et surtout un essai de Jeronimo de la Fuente sur une initiative de Mathieu Acebes (56e) transformé par l'arrière tricolore.

Nettement en tête (29-16), les Catalans se retrouvèrent à leur tour à quatorze (62e, geste dangereux de Eru) mais, arc-boutés en défense, ne laissèrent pas échapper ce succès en terre landaise. Mieux, durant cette période délicate, ils firent preuve de culot et enclenchèrent une action sublime derrière mêlée pour l'essai de Dubois (68e). Cette défaite est cruelle pour des Montois qui ont dominé de la tête et des épaules la phase régulière durant toute la saison, avant de craquer face à Bayonne (49-20) en finale, puis devant l'USAP, et restent en Pro D2.

1

C'est la première fois depuis 2018 et la création du match d'accession qu'un club de Top 14 l'emporte.

L'action : quand Du Plessis foire sa croisée

On jouait la 29e minute et l'ouvreur Willie du Plessis filait en travers vers l'en-but catalan. La défense glissait et l'essai s'approchait. C'est alors que le capitaine montois, qui avait mangé tout le terrain en diagonale alors qu'il avait deux partenaires sur sa droite, croisa la passe avec son arrière Laousse Azpiazu. Pourtant, il n'avait qu'à courir deux mètres de plus pour marquer... L'arrière montois, surpris par ce choix, commit un en-avant, gâchant une occasion en or. Dans un stade qui vit briller les frères Boniface, Christian Darrouy et Patrick Nadal, cette gaffe monumentale n'a pas fini de faire causer.

lire aussi

Toute l'actu du rugby

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles