Perret n'entraîne plus Garcia : « Les problèmes ont fini par gâcher l'ambiance »

Bertrand Perret et Caroline Garcia prennent des voies différentes. (P. Lahalle/L'Équipe)

À la surprise générale, Bertrand Perret a annoncé qu'il mettait un terme à sa collaboration avec Caroline Garcia alors que la Française dispute le Masters à partir de lundi. L'entraîneur s'explique.

Bertrand Perret n'est plus le coach de Caroline Garcia. La nouvelle avait fuité sur les réseaux sociaux. Elle nous a été confirmée par le principal intéressé. « Ces dernières semaines, il y avait des problèmes. Ils ont fini par gâcher l'ambiance et j'ai préféré arrêter. Je fais ce métier pour le plaisir et là, il y en avait moins », nous a-t-il confié. S'il a préféré ne pas s'étendre sur la nature des problèmes, Perret a confirmé qu'ils étaient de nature extra-sportive.


lire aussi

Toute l'actualité du tennis

Le timing de l'annonce a de quoi surprendre. En effet, Caroline Garcia dispute le Masters la semaine prochaine et on imaginait mal la voir débarquer à Fort Worth (Texas) sans le coach qui lui a permis de passer de la 75e place mondiale à la 6e, avec trois titres au passage (Bad Homburg, Varsovie et Cincinnati) et une demi-finale à l'US Open cette saison.

« J'aurais bien aimé aller au Masters, oui, reconnaît Perret. Mais je ne suis pas un homme de faux-semblant et quand c'est fini, c'est fini. Cela ne servait à rien de faire durer de façon artificielle. J'ai préféré couper plutôt que déchirer. »

Pas d'amertume cependant dans le discours de l'homme qui a été l'architecte de la renaissance de la Lyonnaise au plus haut niveau. « Je suis content de l'avoir emmenée au Masters, de tout ce que nous avons fait. Je n'ai aucun problème avec Caroline et je suis content pour elle. »

C'est donc sans coach que Caroline Garcia tentera de devenir la deuxième Française à remporter le Masters après Amélie Mauresmo en 2005. Bertrand Perret, lui, est en vacances. « Pour l'instant, je coupe. Il sera bientôt temps de voir si je peux trouver quelqu'un à entraîner, mais je n'y pense pas maintenant. »