Personne ne l'Harit

Amine Harit fait partie de cette caste de joueurs qui carburent à la confiance. De ceux qui, s'ils ont les jambes, l'envie et l'appui de leur coach, sont capables de retourner une partie, et même de fondamentalement changer le visage d'une équipe. Ce mardi soir, dans un Vélodrome tristement vide, le Marocain a réuni tous ces éléments et permis à Igor Tudor de ne pas tirer une croix définitive sur un avenir en Ligue des champions. Car au bout de cinquante secondes de jeu, lorsque Trincão se jouait de Balerdi et Veretout, trop laxistes, et trompait Pau López, il n'était pas impossible de penser que la soirée de l'OM allait tourner au cauchemar et que l'aventure en C1 était déjà bonne à jeter à la poubelle. Heureusement, les Phocéens ont vite réagi et ont pu compter sur leur meneur, qui a porté tout un collectif sur ses épaules et délivré sans doute son…

Lire la suite sur sofoot.com

SO FOOT.com
SO FOOT.com