Peter Bosz (OL) après la défaite contre le PSG : « J'ai un sentiment de progression »

L'entraîneur de l'OL Peter Bosz a regretté la timide première période de son équipe, pas assez agressive face au PSG et finalement battu (0-1).

« Avez-vous des regrets sur le début de match ?

Pas que sur le début de match. Toute la première mi-temps, on n'était pas comme je voulais, on montrait trop de respect pour le PSG. Notre ligne de défense était trop basse et on ne pouvait pas rentrer dans les duels. Ensuite on a corrigé ça et c'était mieux, même si on a eu nos occasions de marquer en première période.

« Si on ne me laisse pas le temps, c'est comme ça, mais j'ai une idée très précise de comment je veux faire jouer cette équipe et on travaille pour ça »

Il a manqué quoi à l'OL pour égaliser ?
(Il souffle) On sait qu'on jouait contre une très, très bonne équipe avec des joueurs exceptionnels. Contre eux, quand tu recules seulement de dix mètres, tu es en danger. Mais mes joueurs ont tout donné dans ce match, là-dessus il n'y a rien à dire.

Cela fait trois défaites de suite. Que comptez-vous faire ?
Je vais beaucoup boire pour oublier (il sourit). Non, sérieusement... On a perdu trois fois oui. Mais je n'avais rien vu à Lorient, et c'était mieux contre Monaco et Paris. Donc j'ai un sentiment de progression. On a gagné des matches où je n'étais pas content cette saison... Mais finalement, ce sont les points qui restent les plus importants.

lire aussi

Vainqueur de l'OL, le PSG prend seul la tête de la Ligue 1

Est-ce que vous avez peur qu'on ne vous laisse pas le temps ?
Non, je n'ai peur de personne et de rien. Donc « peur », ce n'est pas le bon mot. Si on ne me laisse pas le temps, c'est comme ça, mais j'ai une idée très précise de comment je veux faire jouer cette équipe et on travaille pour ça.

Êtes-vous satisfait de votre option d'abandonner le 4-3-3 pour passer en 4-4-2 ?
Après les trois très bonnes entrées de Moussa (Dembélé), c'était normal de lui faire confiance. On peut jouer comme ça, ça emmène plus de poids avec Alex (Lacazette). Mais quand on joue comme ça, il faut voir qui tu mets derrière eux, parce que ce n'est pas pareil. Je veux aussi dire, dans les bonnes choses, que le petit Johann (Lepenant) a fait une bonne entrée. Il a très bien joué. »