Quand Peter Sauber sauva son écurie en 12 heures chrono

Guillaume Navarro

Il avait été aux commandes de son écurie de Formule 1 pendant 17 ans, dont les quatre dernières passées en tant que discret partenaire du nouveau (dépensier) propriétaire BMW. Mais en 2010, Peter Sauber dut prendre une grande décision : celle de laisser de côté ce qui aurait pu être, à 66 ans, une retraite méritée, pour ne pas perdre l’immense héritage de sa brave équipe indépendante et laisser l’intégralité de ses employés ainsi que l’usine suisse sur le carreau. Directeur d'équipe ayant su éviter de jouer les Parrains dans le rude Piranha Club, il dut pourtant faire sienne la phrase de Michael Corleone : "Alors que je pensais tout juste en être sorti, ils me tirent de nouveau dedans !"

Peter Sauber

Peter Sauber <span class="copyright">Motorsport.com</span>
Peter Sauber Motorsport.com
Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

Motorsport.com

"C'est gros", admettait Sauber au sujet de son pari et des implications financières personnelles. Avant le rachat des mains de BMW, le patron ne disposait que de 20% des parts. "Le risque est plus élevé que je ne le souhaiterais", souriait-il, fataliste. "Mais il s’agit de la seule manière de sauver l'équipe, car il était clair que BMW allait fermer l’usine. Je n’avais pas de temps : peut-être 12 heures pour prendre la décision ! Ce fut donc une décision prise avec mon cœur plus qu’avec ma tête."

Derrière sa placidité légendaire, Sauber est un grand passionné, mais revenir était un devoir, pas un besoin. "Faire face à la possibilité de voir l'équipe mourir était vraiment dur. Ni les gens à l’intérieur ou à l’extérieur du team ne pouvaient ne serait-ce qu’imaginer ce que cela signifiait pour moi de reprendre le risque financier et la responsabilité." Mais en homme humble et discret qu’il est, Sauber ne rend pas public ce point outre-mesure et n’insiste pas en jetant des chiffres sensationnels. Beaucoup, à sa place, en auraient au moins exploité une image de preux chevalier, sauveur de foyers.

Et pour relancer l'écurie dans le contexte de 2010 et donner une chance aux autos et combinaisons blanches de de se parer de sponsors, une seule méthode, toujours la même : valeurs conservatrices, modestie, et attention de tous les instants aux détails.

#62 Team Sauber Mercedes, Sauber C9 Mercedes-Benz: Jean-Louis Schlesser, Jean-Pierre Jabouille, Alain Cudini, #63 Team Sauber Mercedes, Sauber C9 Mercedes-Benz: Jochen Mass, Manuel Reuter, Stanley Dickens

#62 Team Sauber Mercedes, Sauber C9 Mercedes-Benz: Jean-Louis Schlesser, Jean-Pierre Jabouille, Alain Cudini, #63 Team Sauber Mercedes, Sauber C9 Mercedes-Benz: Jochen Mass, Manuel Reuter, Stanley Dickens <span class="copyright">Daimler AG</span>
#62 Team Sauber Mercedes, Sauber C9 Mercedes-Benz: Jean-Louis Schlesser, Jean-Pierre Jabouille, Alain Cudini, #63 Team Sauber Mercedes, Sauber C9 Mercedes-Benz: Jochen Mass, Manuel Reuter, Stanley Dickens Daimler AG

Daimler AG

"L’approche pragmatique est la seule manière de survivre en F1", estime-t-il. "Nous l’avons vu auparavant. Entre 1990 et 2005, environ 28 équipes ont quitté la F1 ; c’est plus que ce à quoi l’on s’attend. Les équipes anglaises se moquaient de moi à l’époque et disaient : 'Peter ne veut pas gagner de courses'. Mais nous avons gagné des courses contre les Jaguar de Tom Walkinshaw en Groupe C et ce n’était pas évident. Je sais ce que c’est que de remporter de grandes courses – Le Mans, par exemple – contre sept constructeurs. J’aime gagner, mais je ne suis pas un rêveur. Certaines des équipes qui m’ont critiqué ne sont plus en F1… Je ne suis pas seulement un compétiteur, je suis un entrepreneur, et c’est plus important que le fun", rappelle-t-il avec gravité. 

Un instinct conservateur somme toute pimenté de décisions bien audacieuses : c’est tout de même Sauber qui a lancé les carrières F1 de depuis la F3000 Brésilienne. Et malgré la perte du moteur BMW et de ses immenses ressources il y a dix ans, Sauber est encore bel et bien là aujourd'hui et a su se réinventer un modèle avec Alfa Romeo. Lui a de nouveau pris du recul, sa mission de sauvetage accomplie : "Après avoir décidé de revenir, il était important de se montrer positif. J’en avais fini avec la F1, mais j’en conservais de bons souvenirs. Vous ne m’avez jamais entendu dire de choses négatives sur la F1 ou les gens en F1."

Kimi Raikkonen, Sauber Petronas C20

Kimi Raikkonen, Sauber Petronas C20 <span class="copyright">Steve Etherington / Motorsport Images</span>
Kimi Raikkonen, Sauber Petronas C20 Steve Etherington / Motorsport Images

Steve Etherington / Motorsport Images

À lire aussi