Peterhansel s'est fait une frayeur en heurtant un rocher

Basile Davoine
·3 min de lecture

Inusable, et abordera la dernière journée avec un quart d'heure d'avance pour affronter les dernières dunes et les 225 kilomètres restants.

"Ça n'a pas été simple du début à la fin, parce qu'on a crevé dans la première partie", raconte Peterhansel. "La partie intermédiaire, ça s'est bien passé, on était revenu sur Nasser et on l'avait même doublé. Et puis là, dans la dernière partie, il y avait un mix de dunes, mais derrière les dunes parfois il y avait des gros rochers. Donc on a encore crevé, on a encore tapé un coup assez fort. Donc une crevaison et on a eu peur qu'il y ait plus. Mais apparemment ça va, la voiture a résisté. On n'a perdu que quelques minutes, trois fois rien, donc ça va."

Pour tenter de conclure en beauté vendredi, Peterhansel ne s'attend à rien d'autre qu'une ultime journée durant laquelle il devra s'appliquer comme il sait le faire, et déjouer les derniers pièges de ce Dakar 2021 pour ne pas risquer de tout perdre. "Toute la journée c'est du stress, énormément de stress, la concentration… ce n'est vraiment pas évident", résume-t-il, pas mécontent de voir l'arrivée se profiler.

Lire aussi :

Autos, Étape 11 - Al-Attiyah ne fait pas plier Peterhansel Al-Attiyah : "Le règlement est beaucoup trop favorable aux buggys"

Face à lui, Al-Attiyah demeurera à l'affût d'une erreur ou d'un pépin, ce qui constitue probablement son tout dernier espoir de s'emparer des commandes du rallye. Le Qatari maintient la frustration qui l'anime depuis quelques jours et se tourne également vers l'année prochaine.

"Je suis déjà content d’être là après onze étapes sans aucun problème technique sur la voiture", assure-t-il. "Exactement comme l’année dernière, nous avons eu des problèmes de pneumatiques. J’espère que je reviendrai l’année prochaine avec des règles différentes. Je pense qu’avec 16 crevaisons, c’est beaucoup trop. Mais on va quand même continuer demain à tenter notre chance, nous verrons bien."

Troisième mais accusant plus d'une heure de retard sur le duo de tête, sait pour sa part qu'il ne conservera pas son titre décroché l'an dernier en Arabie saoudite. L'Espagnol a d'ailleurs vécu une nouvelle journée compliquée, qu'il estime être à l'image de ses deux semaines de course.

"Nous avons bien débuté, mais ensuite nous avons eu deux crevaisons consécutives, et vers la fin il y avait une clôture en fil de fer, que je n'ai pas vue", précise-t-il. "J'allais vite, je suis passé, mais elle s'est prise dans le toit et l'a arraché. Notre filtre à air s'est bouché et nous avons perdu de la puissance dans les dix derniers kilomètres. C'est une nouvelle journée compliquée, avec deux crevaisons, une navigation compliquée... Nous avons dû faire toute l'étape sans plus de roues de secours, donc nous avons dû aller lentement. Il m'est tout arrivé sur le Dakar, mais nous sommes presque au bout."

Le point sur le Dakar

Pilote

Auto

Temps

1

France

S. Peterhansel

Mini

42h09'26

2

Qatar

N. Al-Attiyah

Toyota

+15'05

3

Spain

C. Sainz

Mini

+1h04'14