Petites et grandes histoires des Trophées UNFP à la télé

La cérémonie des Trophées UNFP, diffusée dimanche soir (21 heures) sur la chaîne L'Équipe et Prime Video, fête sa trentième édition. Retour sur sa vie cathodique.

Jean-Jacques Amsellem connaît parfaitement la mécanique des Trophées UNFP, la traditionnelle cérémonie de remise des prix du football français, dont il a réalisé une grande partie des éditions. Pour le réalisateur de matches mais aussi d'émissions politiques ou de divertissement, c'est d'abord le casting qui fait le succès de l'événement. « Si vous avez un maximum de stars, ça a un sens. C'est comme une remise de prix au cinéma, avoir Ben Affleck ou Gérard Depardieu est un gage de notoriété. »

Coup de chance pour la chaîne L'Équipe et Prime Video, qui succèdent à beIN Sports (diffuseur de 2015 à 2021), Kylian Mbappé a tenu à participer dimanche à la trentième édition en dépit de la tournée du PSG, ce week-end au Qatar. Car depuis sa création en 1987, la soirée n'a pas toujours pu miser sur l'aura d'un Zidane ou d'un Ibrahimovic pour rehausser la soirée, ni sur des déclarations fracassantes, comme celles de Mbappé annonçant, en 2019, son désir « d'avoir plus de responsabilités, peut-être au Paris-Saint-Germain ». Ce qui ne l'empêche pas d'avoir su traverser les époques.

Une fête des joueurs

Diffusés pour la première fois dans L'Équipe du dimanche, sur Canal+, en 1987, les premiers « Oscars du football » tricolore doivent leur existence à une tradition anglaise. « Tous les ans, les Anglais m'invitaient aux Awards du Championnat d'Angleterre. Je me suis dit que ce serait bien de le faire en France à la télévision », raconte Jean-Jacques Amorfini, vice-président d'honneur de l'UNFP, le syndicat des joueurs.

« À partir du moment où les joueurs nous avaient laissés entrer dans les vestiaires pour faire nos retransmissions, c'était la moindre des choses de participer à leur fête et de la mettre en valeur », ajoute Charles Biétry. L'ancien directeur des sports de la chaîne cryptée (qui s'était lancée en 1984) avait d'ailleurs été surpris par le succès de l'événement auprès des footballeurs. « Les connaissant un peu, je pensais qu'il y en aurait la moitié, en fait ils étaient tous là. » « À cette époque-là, ils se moquaient de gagner ou pas, ils montaient à Paris pour faire la fête, se souvient Amorfini. Au fil du temps, c'est devenu plus important. »

Une formule changeante

Pour les deux premières éditions, en 1987 et 1988, pas de meilleur joueur en tant que tel. Canal + avait suggéré d'élire une équipe type. Mais la formule se révèle compliquée à mettre en oeuvre et la cérémonie est mise en sommeil de 1989 à 1993. L'élection du meilleur joueur du Championnat n'intervient qu'en 1994 : ce sera David Ginola, alors au PSG. Sur une idée d'Aimé Jacquet, le trophée de la meilleure joueuse est arrivé en 2001 (Anne Zenoni, Toulouse), un an avant celui du meilleur gardien (Ulrich Ramé, Bordeaux).

En 2003, un meilleur dirigeant devait être choisi mais l'UNFP a finalement refusé la proposition du président de la Ligue en poste, Frédéric Thiriez. Quant au meilleur arbitre, inutile de chercher le détenteur du trophée en 2018, il n'a pas été attribué. La désignation de Tony Chapron par le SAFE (le syndicat des arbitres) avait été vécue comme une provocation par la Direction Technique de l'arbitrage (DTA). Il était à l'époque suspendu pour huit mois, après sa tentative de croche-pied sur Diego Carlos, qui l'avait accidentellement fait chuter. Désormais, les nommés sont choisis par la DTA et le lauréat est élu par le SAFE.

Le glamour à la Canal

En 1999, Canal + investit des moyens un peu plus importants dans la production des Oscars du foot, désormais diffusés en prime time. « On essayait de glamouriser un peu le truc, que ça ressemble de près ou de loin à une cérémonie du style des César », raconte Jean-Jacques Amsellem. Des figures emblématiques de la chaîne comme Nicolas Canteloup, l'une des voix des Guignols, Jamel Debbouze, Mademoiselle Agnès ou Cécile Siméone sont mises à contribution. En 2000, les joueurs de l'équipe de France débarquent même dans un hélicoptère équipé de caméras, en provenance de Clairefontaine, afin de recevoir un « Oscar du siècle » à Disneyland Paris.

Les tentatives pour adapter la cérémonie aux codes de la télévision n'ont cependant pas toujours fonctionné. En 2003, Canal + avait mis en place un système de boîtiers électroniques censés permettre aux joueurs de voter en direct. L'expérience a fait long feu. « Les joueurs arrivent au dernier moment, ils sont entre potes et pas super disciplinés. Tout le monde n'avait pas saisi à quel moment on devait voter. Ça n'a pas vraiment été une grande réussite », euphémise Amsellem. En 2004, la cérémonie a aussi dû abandonner le nom « d'Oscars », pour son nom actuel, Trophées UNFP, après la menace d'un procès, la marque « Oscar » appartenant à l'Académie américaine des arts et des sciences du cinéma.

Le Marcel d'Or

Le Marcel d'Or ne figure pas au palmarès des Trophées UNFP, mais durant des années, il a été l'une des récompenses les plus attendues. Imaginé par Philippe Guillard, alors en charge des séquences humoristiques du service des sports de Canal, ce trophée imaginaire récompensait une boulette grossière ou servait de prétexte pour se moquer gentiment d'un joueur.

lire aussi

Toute l'actualité des Médias

« Les footeux de l'époque, c'était des gosses, ils avaient envie de s'amuser, ils attendaient ça. À Nancy, une fois, des joueurs m'ont même appelé en me disant : "regarde ça, cette année, nous, on le veut" », se souvient Guillard. Récompensé en 2006 pour un but contre son camp face à Sochaux, l'ancien Nancéien Cédric Lécluse peut d'ailleurs se vanter de partager le même Trophée que Zinédine Zidane, « Marcel d'or d'honneur » la même année.

En édition spéciale dès 18h40

La chaîne L'Équipe tiendra une édition spéciale dimanche à partir de 18 h 40, sur le tapis rouge du Pavillon Gabriel, à Paris, où seront remis les Trophées UNFP. Messaoud Benterki présentera l'émission, entouré de Carine Galli, France Pierron, Bertrand Latour et Virginie Sainsily. La cérémonie, diffusée par la chaîne L'Équipe et Prime Video, de 21 heures à 23 heures, sera, elle, présentée par Thibault Le Rol et Marina Lorenzo.

Sont notamment nommés pour le prix du meilleur joueur de Ligue 1 : Wissam Ben Yedder (Monaco), Kylian Mbappé (PSG), Lucas Paqueta (Lyon), Dimitri Payet (OM) et Martin Terrier (Rennes) ; pour la meilleure joueuse de D1 : Kadidiatou Diani, Grace Geyoro et Marie-Antoinette Katoto (PSG), Catarina Macario (Lyon) et Clara Matéo (Paris FC) ; pour le meilleur entraîneur : Christophe Galtier (Nice), Bruno Genesio (Rennes), Antoine Kombouaré (Nantes), Jorge Sampaoli (OM) et Julien Stéphan (Strasbourg).

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles