Peugeot maintient son retour en WEC malgré le dilemme Hypercar/LMDh

Gary Watkins
motorsport.com

dans un bref communiqué publié suite à l'annonce d'une ébauche de la réglementation LMDh par l'Automobile Club de l'Ouest, promoteur du WEC, et l'IMSA en Amérique du Nord. Il précise toutefois ne pas avoir décidé quel type de voiture concevoir, choix qui était initialement censé être fait fin mars.

, explique-t-il. Finot ajoute que l'impact sur le projet du télétravail de l'équipe de développement reste en cours d'analyse.

Jean Marc Finot, Manager du Pole excellence sportive of PSA

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce
Jean Marc Finot, Manager du Pole excellence sportive of PSA <span class="copyright">FIA WTCC</span>
Jean Marc Finot, Manager du Pole excellence sportive of PSA FIA WTCC

FIA WTCC

Ce jeudi, l'annonce du LMDh indiquait que les voitures auraient un poids minimal de 1030 kg et une puissance totale (associant le moteur à combustion au système hybride situé sur l'essieu arrière) de 500 kW (670,5 ch), à comparer aux 1100 kg et 550 kW (737,5 ch) annoncés pour le LM Hypercar en juin dernier.

Finot laisse entendre que la décision de Peugeot sur la quelle catégorie à rejoindre est imminente : "Les derniers facteurs économiques devraient bientôt être disponibles, et nous serons en mesure d'évaluer la situation à 100%. Peugeot dévoilera en temps voulu la catégorie dans laquelle la marque fera son retour en Endurance en 2022."

Les commentaires de Finot sur l'importance de la réduction des coûts pourraient laisser imaginer que Peugeot penche vers la catégorie LMDh, moins coûteuse, et le développement d'une voiture depuis un châssis LMP2 produit par l'un des quatre constructeurs autorisés.

"Après la crise, les sports mécaniques vont devoir montrer une plus grande responsabilité sociale et environnementale, et leurs coûts devront être bien plus faibles. La priorité devrait être donnée à l'attractivité et au divertissement plutôt qu'aux développements technologiques déraisonnables auxquels nous avons fait face."

Peugeot a déjà accepté de travailler avec la marque Ligier, dont la licence LMP2 a été prolongée en janvier, sur l'aérodynamique de son nouveau prototype.

À lire aussi