Peugeot mange son pain noir en WEC avec la 9X8

L'hiver va être studieux chez Peugeot avec de nombreux essais en piste prévus. (J. Filipe/Dppi via afp)

Si la Peugeot 9X8 a montré des progrès lors des 8 Heures de Bahreïn samedi dernier, sa fiabilité a encore fait défaut. Dans le clan français, on espère être enfin capables de montrer le vrai niveau de l'Hypercar en 2023.

Si les fans ont logiquement regretté l'absence des Peugeot 9X8 aux 24 Heures du Mans cette année, le clan français doit sans doute se dire qu'il a eu raison de zapper le tour d'horloge, son Hypercar n'arrivant pour le moment pas encore à terminer une course bien plus courte sans connaître des problèmes de fiabilité.

lire aussi : Toyota remporte les deux titres mondiaux à Bahreïn

Ce fut encore le cas samedi lors des 8 Heures de Bahreïn. La meilleure 9X8, la n°94 (Loïc Duval - Gustavo Menezes - Nico Müller), a terminé 4e à six tours de la Toyota n°7, après avoir perdu quelques minutes au stand pour un changement de pompe à essence. Et sa soeur, la n°93 (Paul di Resta - Mikkel Jensen - Jean-Eric Vergne), a rencontré un problème plus grave encore, sur sa boîte de vitesses, qui l'a contrainte à l'abandon après 171 tours (la GR010 vainqueur en a parcouru 245).

Difficile, dans ces conditions, de rivaliser avec les protos japonais ou même l'Alpine A480, qui n'ont pas rencontré un seul souci en huit heures, certes avec des voitures bien plus expérimentées et logiquement plus solides. Juste après l'arrivée les regrets étaient palpables dans les mots de Vergne : « Je suis déçu car en tant que pilote je veux gagner des courses. Nous sommes très impatients. Avec le problème de boîte de vitesses, c'était de plus en plus compliqué à bord et cela a impacté nos performances. Notre rythme était bon, et il aurait été encore meilleur sans ce problème. Ce n'est pas très agréable de ne pas finir la course, mais il faut l'accepter. La vitesse est là, c'est encourageant pour la suite. »

En effet, le Français a raison, le rythme de la 9X8 était bien meilleur qu'à Monza et Fuji, ses deux premières courses. En qualifications, Di Resta a réussi à placer la 93 en première ligne à côté de la Toyota n°8 et la 93, encore elle, a signé le meilleur tour de la course samedi, en 1'49"709.

Ce qui a satisfait le directeur technique de Peugeot, Olivier Jansonnie : « Avec notre rythme, le podium était envisageable. C'était vraiment la première course où c'était le cas. Toyota a été très bon, comme d'habitude, avec aucune erreur. Le podium aurait été difficile face à Alpine, mais possible. Pendant le premier tiers de la course, notre rythme a vraiment été intéressant, c'est satisfaisant. »

« Quand vous arrivez dans une nouvelle discipline, vous avez forcément besoin de temps pour apprendre et vous mettre au niveau des meilleurs, qui ont plus d'expérience, a-t-il ajouté. Et nous apprenons à chaque course, nous progressons aussi, même si évidemment nous aurions préféré éviter tous ces problèmes de fiabilité. »

Des soucis qui s'expliquent, en partie, par la complexité de ces Hypercar, selon Vergne : « La voiture est très difficile, exigeante pour les ingénieurs. Le système de freinage est très complexe, l'intégration du MGUK (système de récupération d'énergie), le réglage de l'aéro. Il y a une fenêtre précise dans laquelle il faut être. C'est très compliqué pour eux de bien régler la voiture. »

En conclusion, et avant de poursuivre sa campagne d'essais durant l'hiver qui doit mener Peugeot à Sebring, première manche de la saison 2023 de WEC en mars prochain, Jansonnie explique être tout de même « plutôt heureux de ces trois courses ». « Il était important pour nous de préparer 2023 sur la piste, en course. Monza a été aussi difficile qu'on s'y attendait, notamment d'un point de vue organisation de l'équipe, plus que d'un point de vue technique en fait. Nous avions tout à découvrir. À Fuji, nous avons fait un pas en avant sur la fiabilité. Nous avons pu opérer de manière plus souple et calme, et nous avons pu régler les problèmes rencontrés à Monza. Mais il nous manquait encore du rythme. À Bahreïn, le rythme était meilleur, dès les essais libres. Ça s'est confirmé en qualifications et au début de la course. » Pour résumer, vivement Sebring, pour voir enfin une course pleine de la 9X8 ?

lire aussi : Toute l'actualité de l'Endurance