Peut-on croire à une nouvelle remontada ?

SO FOOT

À chaque fois qu'elle se produit, la planète football s'enflamme. Elle, c'est la remontada. Elle est aussi merveilleuse pour les vainqueurs que dévastatrice pour les vaincus et ne connaît aucun équivalent émotionnel dans la vie de tous les jours. Sauf peut-être celui de perdre un ticket d'Euromillions avec les sept bons numéros du tirage, pour finir par le retrouver deux semaines plus tard dans la poche arrière de ce vieux 501. En bref, c'est tout noir, puis tout blanc. En campagne européenne, le FC Barcelone commence même à faire de la remuntada (écrite avec un "u" en catalan) sa marque de fabrique. Une défaite par deux buts d'écart ou plus à l'aller, puis une folle remontée au match retour. Les victimes européennes sont légion : Anderlecht (1979), Göteborg (1985), Dynamo Kiev (1994), Chelsea (2000), AC Milan (2013) et donc le Paris Saint-Germain (2016). Si à ce jour, la dernière citée reste la plus incroyable de toutes, le fait…

Lire la suite sur sofoot.com

SO FOOT.com


En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages