Le phénomène Sorare, nouvel eldorado des collectionneurs fans de foot

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·1 min de lecture
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

On savait Antoine Griezmann accro à Football Manager, la célèbre simulation de football sur ordinateur, mais l'attaquant de l'équipe de France est aussi fan des cartes de footballeurs. Pas les Panini, mais les Sorare, leur version 2.0, en quelque sorte. Le joueur du Barça y investit des sommes importantes depuis quelques mois : il a en effet payé plus de 76.000 euros lundi pour l'une des cartes les plus rares du jeu, celle de son coéquipier Kylian Mbappé. Il a aussi déboursé 32.000 euros, il y a une semaine, pour sa propre carte.

Dans ce jeu, les utilisateurs peuvent acheter et vendre des images représentant des joueurs dont la valeur dépend des performances lors de matches réels. Ils s'affrontent ensuite en composant leur équipe avec les cartes dont ils disposent. Pour chaque joueur, un nombre de cartes limité est émis chaque saison et elles existent selon trois niveaux de rareté : rare (100 par joueurs), super rare (10 par joueurs) et unique (une seule). Ce sont évidemment ces dernières qui se vendent le plus cher.

Aux Etats-Unis, le succès de Top Shot

Chaque carte est un "NFT", un "non-fungible token", ou jeton non fongible : un objet virtuel à l'identité, l'authenticité et la traçabilité en théorie incontestables et inviolables, grâce à la technologie dite de la "blockchain", utilisée pour les crypto monnaies comme le bitcoin. "Les cartes Sorare sont valorisées tant par l’utilité qu’elles représentent dans le jeu que par leur importance en tant que collectible", expl...


Lire la suite sur LeJDD

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles