Philippe Clement, entraîneur de Monaco, après la victoire contre l'OL : « La solidarité était là »

L'entraîneur de l'AS Monaco, Philippe Clement, était satisfait d'avoir vu ses joueurs battre l'OL (2-1) dimanche en Ligue 1, trois jours après leur victoire (1-0) à Belgrade en Ligue Europa.

« Cette troisième victoire de suite vous relance-t-elle dans votre saison ?
Non, c'est confirmer et continuer match après match, des grands matches, et ce n'est pas facile après avoir joué Belgrade, où le match et le voyage ont été très durs. Avoir joué avec une telle énergie, ce n'était pas facile.

lire aussi

Les notes de Monaco-OL

Avez-vous trouvé du mieux au niveau de votre ligne d'attaque ?
Oui. C'est normal. Il y a de nouveaux joueurs, avec qui il faut créer des connexions. Et j'en vois de plus en plus, même aux entraînements. Mais il n'y en a pas beaucoup, à cause de notre calendrier. Les automatismes se créent normalement, quand on joue plus ensemble. Ce n'est pas encore parfait, mais je pense que tous les gens qui ont regardé ce match ont pris du plaisir car les deux équipes voulaient gagner.

Cette première victoire de la saison au stade Louis-II constitue-t-elle un soulagement ?
Le premier aussi disputé à onze, en Championnat. Cela donne une explication. Il n'y avait aucun doute de ma part. Jouer à Louis-II ou à l'extérieur, on est toujours motivés.

« On peut encore faire mieux dans les actions avec le ballon et dans la finition »

Peut-on dire que votre équipe s'est montrée plus solidaire que brillante ?
On a besoin des deux. On peut encore faire mieux dans les actions avec le ballon et dans la finition. La discipline était là, et les vingt dernières minutes ont été plus difficiles car j'ai été obligé de remplacer plusieurs joueurs et ça n'a pas aidé. Mais la solidarité était là. Lyon a fini avec presque sept attaquants.

Vous avez concédé vingt frappes à Lyon. S'agit-il également d'un secteur dans lequel vous devez encore progresser ?
C'est aussi la force de Lyon. Quand tu peux éviter qu'il soit dangereux dans notre rectangle, c'est déjà bien. À distance, on ne peut pas l'éviter. Mais on n'a plus de chance d'arrêter ces frappes de loin avec notre gardien. »

lire aussi

Face à l'OL, Monaco a lancé sa saison