Philippe Clement (entraîneur de Monaco) : « Ne pas trop regarder autour »

Philippe Clement, entraîneur de Monaco, ne veut pas se préoccuper des résultats de ses concurrents directs, alors que son équipe cherchera une neuvième victoire de rang samedi, face à la formation bretonne (21h00, 37e journée de Ligue 1).

« Rennes a fait un faux pas mercredi (défaite 1-2 à Nantes), c'est une bonne nouvelle pour Monaco...
Naturellement, c'est mieux que les équipes autour de nous perdent des points. Mais je suis plus en train de me concentrer sur le match contre Brest que sur les autres résultats. Hier (mercredi), j'ai reçu des messages de gens à la mi-temps de la rencontre Nice - Saint-Étienne, à 0-2, mais après, ça a fait 4-2. On ne doit pas trop regarder autour.

lire aussi

Les enseignements de la soirée de mercredi

Il vous reste deux matches, contre Brest puis à Lens. Cette rencontre face à un adversaire qui n'a plus rien à jouer est-elle la plus difficile à aborder ?
C'est toujours difficile de faire cette analyse avant le match. Pour Brest, ça peut les libérer. Brest jouera sans pression. Ils ont encore l'ambition de terminer dans le Top 10. C'est une équipe qui avait été bonne face à Monaco à l'aller (victoire 2-0 des Bretons), mais aussi la saison dernière, ç'avait été difficile (2-0 pour l'ASM à Louis-II, 1-0 pour le SB29 à Francis-le-Blé). Brest est une équipe qui a beaucoup de vitesse, une bonne organisation et qui va très vite en percussion. On doit rester concentrés.

« Ça donne quelque chose en plus sur le terrain, cette connexion avec les supporters. Ça doit rester comme ça : être quelque chose de positif, pour soutenir son équipe, pas quelque chose contre quelqu'un ou contre une autre équipe. »

Y a-t-il des joueurs absents pour ce week-end ?
Il n'y a pas grand-chose à dire sur le point médical. Il manquera (Cesc) Fabregas, Krépin (Diatta) et Pelé. Si (Alexandre) Golovine va mieux ? Il a reçu un coup lors du match à Lille sur le tendon d'Achille, mais il s'est bien entraîné, il n'y a pas de problème le concernant.

Il y a une vague d'indignation depuis hier à cause du chant se moquant d'Emiliano Sala à Nice...
Pour moi, le mot supporter signifie beaucoup. C'est supporter quelque chose, soutenir quelque chose. J'aime les équipes qui jouent avec beaucoup d'ambiance, qui ont un gros public. C'est quelque chose de très important dans le foot. Ça donne quelque chose en plus sur le terrain, cette connexion avec les supporters. Ça doit rester comme ça : être quelque chose de positif, pour soutenir son équipe, pas quelque chose contre quelqu'un ou contre une autre équipe. »

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles