Philippe Montanier (Toulouse) : « Je suis impatient et excité »

Philippe Montanier était souriant et détendu pour la reprise du Téfécé. (N. Luttiau/L'Équipe)

L'entraîneur de Toulouse, Philippe Montanier, avait hâte de « retrouver le terrain ». Il a confié ses ambitions pour le retour du club en Ligue 1, ce jeudi après la reprise de l'entraînement.

« Il y avait des absents lors de la première séance. Pour quelle raison, Rhys Healey, Branco van den Boomen et Maxime Dupé n'étaient-ils pas là pour la reprise ?
Certains joueurs ont passé des tests médicaux ce (jeudi) matin. Rhys (Healey) et Maxime (Dupé) sont là. Pour des raisons d'ordre privé, Branco (van der Boomen) nous rejoindra au stage de Navata (à partir de dimanche). Max sera là cet après-midi, comme tous ceux qui n'étaient pas là, sauf les internationaux qui ont quelques semaines supplémentaires de vacances.

Vous avez convié aussi plusieurs jeunes.
Oui, on a pris certains jeunes du centre de formation comme j'ai l'habitude de faire en début de saison. On va commencer déjà à les intégrer. Ils seront présents au stage. Il y aura 24 joueurs et 4 gardiens.

Quelle importance accordez-vous à ce stage dans votre préparation ?
C'est important mais plus comme avant, dans la mesure où on sait que le mercato dure jusqu'au 31 août, alors que le stage début juillet. Il peut y avoir encore des mouvements. On remet la machine en route, on commence à travailler les principes offensif et défensif. On surveille diététique, on peut faire des réunions et des vidéos, on a les joueurs sous la main. En termes de cohésion, c'est plus difficile parce qu'on sait que tous les clubs sont amenés à bouger.

« Mes collègues (entraîneurs) diront que c'est important de bien partir. Nous, on considère plutôt que c'est important de bien arriver »

Partez-vous dans l'idée de conserver la même identité de jeu que la saison passée en Ligue 2 ? À savoir un style joueur et offensif.
Tout à fait, on a travaillé toute la saison dessus, ça n'a pas trop mal marché. C'est sûr qu'on va passer un cran au-dessus, mais on va essayer de perfectionner sur ce qu'on sait faire.

Dans quelle mesure est-il important de capitaliser sur la saison sur celle qui vient de s'écouler ?
Mes collègues (entraîneurs) diront que c'est important de bien partir. Nous, on considère plutôt que c'est important de bien arriver. On sait que la route sera longue et que le Championnat se jouera sur la durée.

Vous faites partie des clubs de Ligue 1 à reprendre le plus tôt l'entraînement. Est-ce nécessaire pour votre club d'avoir une longue préparation avant de retrouver l'élite ?
Je ne pense pas qu'elle soit très longue par rapport aux autres. La seule différence, par rapport aux clubs qui étaient en Ligue 1 la saison passée, c'est qu'on a fini plus tôt. On a déjà eu cinq semaines et demie de vacances. Je trouve que c'était largement suffisant. Pendant deux ou trois jours, ça va être plutôt une pré-reprise avec des tests. Après, on entrera dans une préparation de six semaines, ce qui est plutôt classique.

« Ce serait dommage de se donner une place alors qu'on pourrait la repousser »

Comment avez-vous senti le groupe ? Est-ce que les joueurs étaient contents de se retrouver ?
On a eu une ambiance toute l'année, on est dans la continuité. On a senti les joueurs très heureux de se retrouver. Parce qu'on aime bien les vacances mais ça nous tardait de retrouver le terrain.

Quelles sont vos ambitions ? En plus du maintien évidemment.
C'est surtout se demander où on fixe la limite. Une fois fixée, est-ce que ce ne serait pas bien la repousser ? Notre objectif est de faire du mieux possible, notre voeu à tous est de finir le plus haut possible. Ce serait dommage de se donner une place alors qu'on pourrait la repousser.

Dans quel état d'esprit êtes-vous personnellement ? Ressentez-vous une pression particulière ?
Si on n'avait pas de pression, on arrêterait. Elle est constante et même recherchée. L'année dernière, on avait une énorme pression, il fallait remonter (en Ligue 1). On a réussi. Cette année, forcément, on a la pression de redémarrer en Ligue 1 de la meilleure des façons pour y rester. La pression est là. Je suis impatient et excité. Ça fait deux ans que le Téfécé a quitté la Ligue 1, on a montré de bonnes choses en Ligue 2. On se dit qu'il faut maintenant les démontrer en Ligue 1. »

lire aussi

Toute l'actualité du Téfécé

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles