Philippe Saint-André (Montpellier) : « Nous avons un nouveau statut »

Le MHR de Saint-André va reprendre la saison. (Sy. Thomas/L'Équipe)

« Nous savons que nous serons l'équipe à battre », a assuré Philippe Saint-André alors que son équipe, Montpellier, championne de France en titre, débute la saison de Top 14 ce samedi soir par un déplacement à La Rochelle (21h05).

« Montpellier vient de conquérir son premier titre après une longue attente. Dans quel état d'esprit abordez-vous cette saison ?
Nous avons un nouveau statut, que l'on doit assumer et digérer, avec des leaders différents. Les gardiens du temple comme Fulgence Ouedraogo et Guilhem Guirado ont pris leur retraite. Nous avons sûrement plus de confiance dans notre jeu avec un effectif peu chamboulé et un recrutement ciblé sur six ou sept nouveaux joueurs. Mais nous connaissons la complexité du Top 14 et nous savons que nous serons l'équipe à battre. À nous d'être à la hauteur.

lire aussi

Calendrier du Top 14

Quel objectif avez-vous donné à vos joueurs ?
Nous leur avons fixé un objectif de points sur un premier bloc de dix matches. On verra alors si on est dans les clous. Et nous avons la chance en Coupe d'Europe d'être dans une poule plus accessible car nous sommes dans le haut du panier. L'important est de retrouver la régularité que nous avions la saison passée. Les cinq victoires et les deux nuls acquis à l'extérieur nous ont permis de rentrer dans les deux premiers, avec la fin de l'histoire que l'on connaît. On voit le caractère d'une équipe à travers sa régularité, c'est le plus gros challenge au regard de notre nouveau statut. Car on ne pourra plus se cacher.

Au-delà des résultats, ce titre, et notamment la fête qui a suivi, a changé l'image de Montpellier. Est-il important de soigner cette image ?
Cette équipe a créé un élan de sympathie, car les mecs n'ont pas lâché. Ils ont été très pros durant la saison, mais aussi très bons lors de la 3e mi-temps pour célébrer le titre (sourire). Maintenant, nous devons repartir au travail, avec humilité et remise en question. On n'est plus là pour fêter le titre, mais pour essayer de le conserver. Il y a vingt mois, l'une de mes priorités était de rendre ce club et cette équipe sympathiques. On a gagné pas mal de choses, mais on doit être vigilant. On a fait un recrutement dans cet esprit-là, a contrario des précédentes saisons. Pour que l'on surfe sur cette vague-là, pour que les gens continuent de nous soutenir, nous devons être le plus performant.

« Louis Carbonel peut renverser la banque pour entrer dans le groupe France avant la Coupe du monde »

De nombreux cadres sont partis. Le renouvellement des leaders est-il une donnée importante de la saison ?
Au cours de notre stage en Corse, nous avons défini de nouveaux leaders de vie, leaders de jeu. Yacouba Camara était le capitaine en fin de saison, Doumayrou vice-capitaine, Bouthier, Willemse ou Serfontein étaient déjà là. À nous de faire émerger de nouveaux leaders, comme Arthur Vincent. C'est à eux de prendre le relais de Ouedraogo et Guirado.

Qu'attendez-vous de Louis Carbonel ?
C'est un joueur plein de tempérament et de flair. Il peut renverser la banque pour entrer dans le groupe France avant la Coupe du monde. À travers ce qu'il a montré à l'entraînement ou lors du match amical face à Lyon, on ne s'est pas trompé.

lire aussi

La valse des 10 en Top 14

Un premier déplacement à la Rochelle, les réceptions de Bordeaux et Toulouse... le début de saison est chargé.
On en saura beaucoup plus lors du premier match, avec un déplacement chez le champion d'Europe dans un stade plein à craquer. Il va falloir se réveiller de suite car le début de Championnat est épais. C'est la beauté de ce Top 14, avec dix équipes qui prétendent être dans les six. Cela va donner le tempo de notre niveau, mais aussi le reflet de la digestion de notre nouveau statut. »

lire aussi

Une saison avec vue sur le Graal