Philippe Saint-André (Montpellier) : « La saison dernière nous a apporté un état d'esprit »

Philippe Saint-André, le manager de Montpellier, espère remporter son premier Bouclier de Brennus vendredi face à Castres (20h45). Il a expliqué que la « difficulté » vécue par son vestiaire la saison passée avait servi aux joueurs.

« Vous jouerez vendredi votre troisième finale. Ce sera enfin la bonne ?
On croit en nous. On a vécu une saison très longue mais on a été très réguliers donc on a gagné le ticket pour cette finale et depuis, on est dans notre bulle. Les joueurs se sont battus comme des fous pour vivre cette finale. On a préparé ce match avec beaucoup de concentration, d'application et de travail sur la vidéo, mais aussi beaucoup de détachement. Il y a beaucoup de bonne humeur dans le groupe, énormément de sourires et c'est important.

Sur quoi va se jouer cette finale ?
Ce qui est important, c'est de ne pas faire le match avant de le jouer, de ne pas trop bouffer d'énergie. Elle se jouera sur le mental, le physique et la précision qu'on va mettre demain dans notre stratégie. La remise des maillots sera faite ce soir (jeudi), juste avant de manger, tout est prêt et s'il y a de l'émotion, je préfère qu'elle se fasse ce soir que juste avant le match. Demain (vendredi), on doit être froids, déterminés - parce que ça va être un énorme combat - précis et disciplinés.

lire aussi

Trois raisons de suivre le duel entre Benjamin Urdapilleta et Paolo Garbisi

Dans quelle mesure la saison dernière vous a-t-elle portée ?
Elle nous a apporté un état d'esprit. Ce que le vestiaire a vécu la saison dernière, ça a été d'une complexité et d'une difficulté telles, et pourtant ils n'ont rien lâché. Le club et l'équipe auraient pu exploser mais loin de là. Et pourtant, quand tu perds cinq, six matches d'affilée, de deux points dans les dernières minutes... Ils sont toujours revenus le lundi avec l'envie de s'en sortir. En début de saison, les nouveaux joueurs ont été acceptés très rapidement et tout de suite, dès le stage en Corse en août, les leaders, des joueurs comme Fulgence (Ouedraogo) et Guilhem (Guirado), m'ont dit "on veut finir dans les 4 premiers". C'était un objectif fort, parce qu'ils n'avaient pas envie de revivre ce qu'ils avaient vécu l'année dernière. À partir de là, il y a eu du travail, on savait qu'il fallait qu'on améliore notre discipline, qu'on soit mieux physiquement pour mieux finir nos matches, on a beaucoup travaillé aussi l'animation offensive. Mais cette prise de conscience a été faite dès le début de saison. »

lire aussi

Arthur Vincent : « Que du bonus »

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles