Philippe Sinault (Alpine), avant les 24 Heures du Mans : « Cet écart est embêtant »

Philippe Sinault a entamé un dialogue avec l'ACO pour que la BoP soit révisée. (S. Boué/L'Équipe)

Philippe Sinault, le Team Principal d'Alpine, n'est pas satisfait de l'écart qui sépare sa voiture des meilleures Hypercars au Mans (2''5 mercredi en qualifications). Mais il espère une révision de la BoP avant l'Hyperpole ce jeudi soir pour rééquilibrer les forces.

Philippe Sinault (Team Principal d'Alpine) : « Cet écart est embêtant. Mais il y a des solutions. En interne déjà, en travaillant afin de le réduire un peu. Et puis nous avons commencé à discuter avec le législateur (ACO et FIA) pour lui dire que nous sommes sans doute un peu en dehors de la fenêtre concernant la BoP (Balance of Performance). Mais il ne faudrait pas grand-chose pour qu'il nous aide afin de nous ramener. C'est ce qu'on s'efforce de faire. J'insiste sur le fait qu'il y a un dialogue, une écoute. Nous étions encore avec eux ce (jeudi) matin pour échanger des infos. Leur intérêt aussi est qu'il y ait une course entre toutes les Hypercars. J'attends une décision de leur part. Nous, on peut encore progresser, mais sur un tour ça va être difficile. Notre force ça va être la course.

lire aussi

Le mécanisme de la « BoP » décortiqué

Globalement, tout l'écart provient de la BoP. La maîtrise de la voiture on l'a. On peut améliorer certaines choses avec le set-up, mais pas gagner deux secondes et demie. L'exercice de la BoP est très difficile à mettre en place, surtout avec notre auto qui est un peu « exotique » (une ancienne LMP1 qui a une dérogation pour rouler avec les Hypercars). Cet outil permet de recaler les choses, j'espère que nos demandes vont être prises en considération. Et que ce sera le cas avant l'Hyperpole (prévue à 20 heures ce jeudi soir). Sportivement, ce serait le mieux.

lire aussi

La Toyota n°7 domine les qualifications

Hier (mercredi), on a mis Nicolas (Lapierre) en qualifications, avec deux trains de pneus, pour avoir une vision concrète de la situation, pour avoir une photographie claire de l'écart. Ainsi nous avons pu leur montrer des éléments tangibles. Le sujet principal, c'est la vitesse de pointe, donc c'est la puissance. Nous sommes 10 km/h plus lent que les Toyota, ça fait une seconde et demie sur le secteur 2 (avec la ligne droite des Hunaudières). Je crois à la vertu du système et si je n'ai pas confiance en mon législateur, ça ne sert à rien que je vienne. »

lire aussi

Le moment de faire le plein aux 24 Heures du Mans

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles