Philippe Tayeb (président de Bayonne) : « Cette équipe est surprenante ! »

Camille Lopez a inscrit un drop de 40 mètres face à Toulon. (R. Perrocheau/L'Équipe)

Ravi de l'invincibilité conservée à Jean-Dauger et d'une place dans le top 6 acquise au terme d'un match un peu fou, remporté face à Toulon, le président de l'Aviron Bayonnais reste mesuré et parle toujours de maintien.

« Dans quel état d'esprit êtes-vous après cette victoire (23-18 face à Toulon) confirmant votre très belle première partie de saison ?
Nous avons été à la hauteur de ce qu'on s'était dit. Cette victoire concrétise le travail depuis un, deux, trois et même quatre ans. Face à une très belle équipe de Toulon, dense, structurée, sans doute la plus belle formation que nous ayons affrontée depuis le début de saison, nous avons eu un vrai sursaut d'orgueil. Nous avons montré du combat, du coeur et le troisième "c", je ne peux pas le prononcer, mais vous avez compris (il sourit).

Après quinze minutes de jeu, Bayonne était déjà mené 13-0. Avez-vous craint que votre équipe passe à côté ?
Oui, bien entendu. Mais notre équipe est surprenante ! Elle a du caractère et nos leaders jouent leur rôle dans les moments difficiles : Facundo Bosch, Denis Marchois, Camille Lopez ou encore Guillaume Rouet. Ils ramènent le groupe dans le droit chemin. Bravo aux joueurs et au staff.

lire aussi : Comment Bayonne s'appuie sur son expérience en Pro D2 pour briller en Top 14

Un petit mot supplémentaire sur Camille Lopez, auteur d'un grand match et d'un drop monumental de plus de 40 mètres...
J'ai un grand respect pour le joueur et pour l'homme. Il prouve chaque week-end ses motivations. Au quotidien, il apporte un état d'esprit, un équilibre au groupe. C'est un régulateur et un sacré bonhomme.

Quel est le tournant de la rencontre ? Le ballon porté stoppé juste devant votre ligne (23e) ou la succession de pénalités remportées en mêlée autour de la 30e ?
Paradoxalement, nous n'avons pas été récompensés suite aux deux cartons jaunes infligés au RCT (Alainu'uese 32e et Priso 35e). Nous aurions mérité un essai de pénalité. Les arbitres ont le droit à l'erreur. On ne pourra pas dire que nous avons bénéficié d'un arbitrage maison (il sourit). C'est ce qui donne encore plus de charme à notre victoire.

Avec un stade Jean-Dauger plein à craquer et chaud bouillant...
C'est quelque chose qui me procure beaucoup d'émotions à chaque fois. Apporter du plaisir à nos supporters, c'est ce qu'on aime. Ils ont le club dans la peau, dans le coeur. C'est exceptionnel. Ils portent notre équipe. Sans eux, on n'aurait peut-être pas renversé cette partie et nous n'en serions pas là à mi-saison. Nous avons donc l'obligation de ne pas les décevoir.

Bayonne termine une année 2022 marquée par la remontée en Top 14 et une première partie réussie avec une place dans le top 6. Dingue, non ?
2022 est, sportivement, structurellement et financièrement, réussie. Pour ceux qui avaient des doutes sur notre recrutement, notre staff, j'espère qu'ils n'en auront plus. Idem pour ceux qui ont mal parlé de nous. Un ex-préparateur physique (Ludovic Loustau, aujourd'hui à Agen) s'est permis de dire que l'Aviron Bayonnais était un "sketch". La preuve que non ! Il faut respecter notre club.

lire aussi : Tout Bayonne rythmé par l'Aviron

Vous semblez mesuré malgré cette victoire de prestige...
(Il coupe.)
C'est ma nature. Il y a des moments d'euphorie et d'autres où il faut savoir rester à sa place. Nous comptons 35 points. Même si tout le monde nous voit plus haut, l'objectif reste le maintien. Il ne faut pas s'arrêter à cette saison. La suivante sera encore plus difficile. On doit grandir sans brûler les étapes, sans se prendre pour d'autres. Jouer autre chose que le maintien cette année serait très prétentieux, même si c'est réaliste.

C'est le message que vous avez fait passer à vos joueurs après le match ?
Je n'ai pas parlé aux joueurs. Je parle très rarement à mon groupe. Mon rôle est d'apporter au groupe les moyens de réussir, de remplir le stade, d'amener une stabilité. Je reste à ma place. J'ai fait confiance à Greg Patat. Je le laisse travailler dans la sérénité.

Que peut-on souhaiter à l'Aviron Bayonnais pour 2023 ?
Le maintien, ce sera déjà bien ! On verra ensuite ce que l'avenir nous réserve... »

lire aussi : Toute l'actu du Top 14