Pierre-Antoine Capton : " Si je peux présider Caen jusqu'à ma mort, je le ferai "

·1 min de lecture

Un hôtel avenue de Breteuil, au Monopoly, c'est 300 millions. Pour Pierre-Antoine Capton, c'est surtout le centre névralgique de Mediawan, un des plus grands groupes de l'audiovisuel en Europe qu'il dirige. Mais s'il ouvre son bureau du 7e étage, donnant sur le dôme des Invalides, c'est plutôt pour parler de la dernière ligne droite du Stade Malherbe de Caen, son club de cœur depuis toujours et dont il dirige le conseil de surveillance depuis un peu plus d'un an. Et malgré des rebondissements dignes d'un vrai polar, le producteur peut enfin souffler : la carte chance sur laquelle les Normands sont tombés leur permet de repartir pour un nouveau tour de plateau en Ligue 2.


"Le soir du match de Clermont, je me suis mis dans tous mes états et j'ai fait tout ce que je m'étais promis de ne jamais faire..."


Lire la suite sur sofoot.com

SO FOOT.com
SO FOOT.com