Un Canadien perd plus de 500 000 dollars en jouant à pierre-feuille-ciseaux, la justice lui donne raison

Yahoo Finance France
Un Canadien perd plus de 500 000 dollars en jouant à pierre-feuille-ciseaux, la justice lui donne raison
Un Canadien perd plus de 500 000 dollars en jouant à pierre-feuille-ciseaux, la justice lui donne raison

Neuf ans après avoir perdu la somme d’un million de dollars canadien au jeu mondialement connu “pierre-feuille-ciseaux”, un Canadien a obtenu réparation de la part de la justice de son pays. 

Attention à toujours bien choisir votre adversaire lorsque vous jouez à shifumi. C’est ce qu’a dû se dire le malheureux Edmund Mark Hooper, ruiné après avoir perdu à ce jeu d’ordinaire banal avant d’obtenir justice en avril 2020. L’histoire relayée par CBC News est tout simplement invraisemblable. 

Les faits remontent à 2011. Deux Canadiens, Edmund Hooper et Michel Primeau, décident de s’affronter à pierre-feuille-ciseaux et mettent en jeu la somme de 517 000 dollars (environ 340 000 euros). Manque de bol pour le premier, Michel Primeau remporte deux parties sur trois et rafle la mise dans ce jeu qui relève plutôt de la chance que d’une stratégie élaborée.

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

La loi donne raison au perdant

Ruiné, le malheureux perdant est alors obligé d’hypothéquer sa maison pour éponger sa dette. Devant l’absurdité de la situation, Edmund Hooper porte l’affaire devant les tribunaux pour obtenir réparation. Avec succès puisque la Cour d’appel du Québec a tranché définitivement le 17 avril dernier et jugé cette dette “invalide”. 

À LIRE AUSSI >> Un couple parti faire le tour du monde découvre le Covid-19 en voulant accoster

Tous les habitués de ce jeu habituellement ludique savent bien qu’il implique une grosse part de chance. Or la loi québécoise indique que le “contrat de jeu ou de pari” n’est valide que s’il repose sur “la seule adresse des parties” et ne laisse pas de place au hasard. Le texte rajoute que le montant du pari ne doit pas être “excessif”. En résumé, un shifumi pour savoir qui fait à manger, c’est oui, mais si c’est pour vider le compte en banque d’un ami, c’est non. 

À lire aussi