Pierre Mignoni après la victoire du LOU à Brive : « Notre meilleur match à l'extérieur »

·2 min de lecture

Pour l'entraîneur du LOU, la victoire 31-17 à Brive est la meilleure performance lyonnaise à l'extérieur, mêlant maîtrise tactique et qualités mentales.

Pierre Mignoni (entraîneur de Lyon,vainqueur à Brive 31-17) : « Contre Toulon, on avait joué le plus mauvais match à domicile depuis que je suis là, aujourd'hui (samedi) c'est certainement notre meilleur à l'extérieur du point de vue tactique, stratégique et mental. Comme quoi d'un match à l'autre... Pour gagner ces matches, il ne faut pas jouer trop beau mais accepter d'être laid. À l'image de notre jeune charnière que je félicite pour cela. Ils aiment tous les deux l'attaque, porter le ballon, marquer des essais de 80 mètres mais il faut savoir sortir des matches comme celui-là. Worcester, c'était un sparadrap. Mais Toulon, c'était un traumatisme et ce match à Brive va nous aider à guérir. Il n'y aura pas de place pour les faibles dans le Top 6. Il reste trois matches, il faut tout donner. »

lire aussi

Lyon s'impose à Brive, le Racing 92 cartonne en Top 14

Dylan Cretin (troisième ligne de Lyon) : « On a beaucoup travaillé la conquête où on avait péché ces derniers temps. C'était les conditions idéales pour mettre ça en situation. On va garder le match de Toulon en tête mais on va aussi garder celui-là. C'était victoire obligatoire. Maintenant il n'y a plus de calculs à faire. »

Thomas Acquier (talonneur de Brive) : « On n'a pas su s'adapter aux conditions, commis trop de fautes et on a été pénalisés en conquête. On perd les trois premières touches et on s'est embourbés, on n'a pas trouvé les clés pour rendre les choses plus faciles. Eux ont fait le match parfait, ils nous ont enfermés dans notre camp. La semaine prochaine, on joue un barrage pour la 12e place à Perpignan mais on a toujours notre destin en main. »

Saïd Hirèche (troisième ligne de Brive) : « On s'est mis en difficulté seuls avec la touche et notre indiscipline. Puis on a eu du mal à relever la tête. On n'était pourtant mené que de cinq points à la pause et on croyait revenir mais ils ont scoré d'entrée et ensuite c'était compliqué. Si on a baissé la tête un moment, c'est parce qu'on était frustrés, énervés de ne pas pouvoir mettre notre jeu en place. On est piqués dans notre orgueil mais on n'a pas le temps de pleurer car on bascule de suite sur Perpignan, le prochain rendez-vous. »

lire aussi

Le classement du Top 14

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles