Pierre Rabadan : «On aimerait avoir la NBA tous les ans»

Ancien troisième-ligne du Stade Français, Pierre Rabadan est adjoint aux Sports de la mairie de Paris depuis 2020. (J.-L. Fel/L'Équipe)

Pierre Rabadan, l'adjoint aux Sports de la mairie de Paris, rêve de voir se prolonger l'idylle avec la Ligue nord-américaine, tout en affirmant sa volonté de voir un jour le club de la capitale en Euroligue.

Pierre Rabadan était tout sourire sur le podium du « Technology Forum » organisé par la NBA, jeudi matin au Parc des Princes. En marge de son intervention, l'adjoint aux Sports et aux JO de la mairie de Paris en a profité pour se féliciter du retour de la NBA dans la capitale, et appeler de ses voeux une reconduction de l'événement, déjà confirmé pour 2024.

lire aussi : Bulls-Pistons à Paris, la folie des grandeurs

« C'est un enjeu majeur. On aimerait avoir la NBA tous les ans. Je ne sais pas si on y arrivera car pour eux, il y a une stratégie européenne, pas que le marché français. Mais l'idée est qu'ils reviennent le plus souvent possible. On a une culture basket - clubs, boutiques, communauté, 3x3, le phénomène Victor Wembanyama - qui prend de plus en plus d'ampleur à Paris. L'écosystème grandit. Le point d'orgue d'une venue annuelle de la NBA stimulerait encore plus cela. »

Le basket confirmé à Lille en première semaine des JOTout comme l'émergence d'un grand club. Le Paris Basketball espère être celui-là, lui qui va profiter de l'appel d'air du match NBA en investissant Bercy dès ce dimanche (17 heures) pour une rencontre de la 18e journée de Betclic Elite contre le triple tenant du titre de champion de France, l'Asvel. A des tarifs moins prohibitifs que sa grande soeur américaine.

Etape suivante, intégrer la future Arena Porte de La Chapelle, dont le retard de livraison a mis en rogne son président américain David Kahn. Rabadan confirme un début d'exploitation en janvier 2024 (au lieu de septembre 2023). « Nous finalisons les discussions avec Bouygues pour stabiliser cette date, qui, compte tenu du Covid et des problèmes d'approvisionnement engendrés par la guerre en Ukraine, reste raisonnable, même si tout le monde aurait préféré que le délai initial soit tenu. Nous donnons une subvention de 450 000 euros annuels au club. Ce n'est pas anodin, et nous continuerons de l'accompagner, notamment quand on parle d'Euroligue. »

lire aussi : La France, partenaire privilégiée de la NBA

Rabadan confirme avoir discuté avec l'ancien patron de l'épreuve Jordi Bertomeu et une rencontre prochaine avec son successeur Marshall Glickman. « L'ancienne équipe avait mentionné d'autres entités ou personnes qui pourraient investir. Je n'ai pas eu de précisions. Mais de notre point de vue, il n'y aura pas d'autre formation parisienne que le Paris Basketball. On ne veut pas d'une équipe hors sol, qui n'évoluerait pas dans le Championnat, d'une concurrence avec une "franchise" Euroligue. Cela ne ferait pas sens. Des étapes ont été franchies, nous avons apprécié le match à Roland-Garros (entre Paris et Monaco, le 16 octobre dernier). Il faudra performer sportivement aussi. »

Également interrogé sur la polémique du basket dont la phase de groupes doit être disputée à Lille lors des JO, l'adjoint d'Anne Hidalgo a confirmé que le dossier était, sauf coup de théâtre, clos. « C'est un stade qui a accueilli l'Euro 2015 avec succès, rappelle-t-il. Il offrira des recettes billetterie plus grandes, et répondra à une demande qui n'aurait jamais pu être satisfaite si on avait, comme certains le demandaient, relocalisé le basket dans l'Arena porte de La Chapelle (8 000 places). »

lire aussi : Toute l'actu de la NBA

Nikola Vucevic : « La France commence vraiment à aimer le basket »