Piolets d'or : des réalisations sur le Saraghar et le Fitz Roy distingués

Illustration de la « Moonwalk Traverse ». (Garibotti)

Pour cette édition 2022 des Piolets d'or, qui se déroulent ces jours-ci à Briançon, deux réalisations doivent être distinguées : la première ascension du sommet Nord-Ouest du Saraghrar (7 300 m - Pakistan) et la Traversée « Moonwalk Traverse » du massif du Fitz Roy (3 405 m - Argentine).

Archil Badriashvili, Baqar Gelashvili et Giorgi Tepnadze pour une première au PakistanLa première ascension distinguée par le jury sera celle d'une cordée géorgienne au Pakistan. Le Saraghrar se situe dans le très peu fréquenté massif de l'Hindou Kouch pakistanais, juste au sud de la frontière afghane. Il est constitué de plusieurs sommets, mais peu de grimpeurs les ont atteints. Le sommet nord-ouest du Saraghrar (7 300 m) n'avait d'ailleurs jamais été gravi, malgré trois sérieuses tentatives dans les années 70 et 80.

lire aussi : Piolets d'or : la carrière de Silvo Karo récompensée

Les Géorgiens Archil Badriashvili, Baqar Gelashvili et Giorgi Tepnadze ont choisi la face nord-ouest, qui n'avait pas encore été tentée et dont la partie supérieure est constituée d'une raide paroi rocheuse. « Le jury a estimé que le choix d'un haut sommet vierge dans une région peu connue, avec une approche « by fair means », une face jamais tentée auparavant, une petite équipe, une longue ascension de neuf jours dans un pur style alpin avec des difficultés techniques importantes au-dessus de 6 200 m, un passage-clé entre 6 750 m et 7 000 m et un haut niveau d'engagement, illustraient bien la Charte des Piolets d'or », affirme l'institution alpine.

Sean Villanueva O'Driscoll pour un solo dans la traversée du célèbre massif du Fitz RoySa longue silhouette accidentée découpée au scalpel est un des symboles de la Patagonie. Le massif du Fitz Roy fait rêver tant par son esthétique que par les histoires des tentatives spectaculaires qui s'y sont déroulées.

En plein COVID, le Belge Sean Villanueva O'Driscoll, alpiniste déjà célèbre pour plusieurs réalisations d'envergure avec les frères Favresse, se confine en Argentine. Pour ses 40 ans, il décide de s'offrir la célèbre traversée du massif du Fitz Roy, seul, avec comme seule compagnie 30kg de matériel et sa flûte irlandaise qu'il sort sur chacun de ses sommets.

Après 5 jours d'une traversée accidentée, soutenue et engagée au fin fond de la Patagonie, le Belge boucle sa « Moonwalk Traverse », du sud au nord du massif du Fitz Roy, le sens inverse de la première réalisée en 2014 par les Américains Tommy Caldwell et Alex Honnold, Piolet d'or 2015. « Le jury a estimé qu'il s'agissait d'une ligne élégante et soutenue, qui avait été tentée ou imaginée par plusieurs équipes, bien que personne ne semblât l'avoir envisagée en solitaire - une aventure inaccessible pour la plupart des grimpeurs. Si, à l'exception de quelques longueurs, le terrain n'était pas nouveau, le style est remarquable, combinant escalade technique, endurance, engagement mental et expérience considérable de la Patagonie. L'approche positive et optimiste de Sean a suscité l'admiration de tous, tant lorsque le pays a été confiné qu'au début de l'itinéraire, lorsqu'il a dû faire face aux dégâts et aux pertes de son matériel », ont déclaré les membres des Piolets d'or.