Pirelli ne testera plus de nouveaux pneus pendant les GP

Fabien Gaillard
motorsport.com

Après avoir longuement travaillé sur les pneus 2020 et avoir été contraint d'effectuer des changements tardifs importants, Pirelli a fourni aux écuries des prototypes de ses enveloppes à Austin pour un premier test. Or, dans des conditions de roulage peu représentatives, sur une piste peu gommée et à basse température, les pilotes ont rapporté des problèmes avec ces enveloppes – dont le niveau d'adhérence était réduit pour diminuer la dégradation. Même si ces pneus ont été mieux reçus à Abu Dhabi lors des essais d'après-saison, cela n'a pas suffi à les sauver et les écuries ont à l'unanimité décidé de les rejeter pour maintenir ceux de 2019.

Une situation qui va sans doute inciter Pirelli à revoir sa manière de procéder pour éviter un tel camouflet. Ainsi, quand il s'agira de tester de nouveaux composés pour une construction pneumatique déjà existante, Mario Isola explique, pour Motorsport.com : "C'est probablement faisable pendant les essais libres, car avec la même construction, vous allez tester quelque chose qui n'affecte pas de façon importante l'équilibre de la voiture et d'autres paramètres. La comparaison avec un nouveau composé pendant les essais libres est possible. [Mais] si nous devons tester un pneu complètement neuf, il s'agit probablement de la mauvaise manière de le faire."

Lire aussi :

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

Pirelli : Les pneus F1 vont probablement surchauffer en 2020

Pour le directeur de la compétition de Pirelli, le roulage limité des week-ends de Grand Prix, ainsi que la nécessité de régler les voitures par rapport aux gommes existantes et pas à celles de tests, font que les essais de nouveaux pneus lors des GP ne sont pas une solution viable. "Nous avons fourni les prototypes à tout le monde, c'était une bonne opportunité de voir comment ils fonctionnaient. La véritable, pas erreur... mais l'élément important de ce test, [qui] est ce pourquoi je crois qu'à l'avenir il ne sera pas bien de prévoir le moindre test de validation pendant un week-end de course, est qu'il est impossible pour une équipe, en trois heures d'essais libres au total [le vendredi]."

"Quand elles sont concentrées sur leur week-end de course, elles doivent régler les voitures pour le week-end de course, parfois elles doivent tester de nouvelles pièces. Il y a l'évolution de la piste à chaque course. Si nous devions également [faire] une comparaison entre un nouveau pneu et une référence, [ce serait trop long] pour trois heures d'essais. Donc, c'est un fait qu'elles doivent trouver un compromis pour faire rentrer les tests de pneus supplémentaires dans un programme qui est déjà plein d'autres choses à faire."

"Et cela veut dire que dans ces conditions, il est très improbable qu'elles puissent faire un véritable test. C'est pourquoi nous préférons dire : 'On se concentre  sur le développement pneumatique quand nous pouvons avoir toute une journée'. La voiture est là, ils peuvent la régler, on peut faire des vraies comparaisons ; longs relais, relais courts, différentes conditions, d'autres choses. Nous pouvons faire une vraie évaluation."

Avec Alex Kalinauckas 

À lire aussi